FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

La FIQ annonce la création d’une Coalition régionale en Abitibi-Témiscamingue

La FIQ annonce la création d’une Coalition régionale en Abitibi-Témiscamingue

La présidente et la secrétaire de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec–FIQ, Régine Laurent et Marie-Claude Ouellet, accompagnées de représentantes du Syndicat interprofessionnel en soins de santé de l’Abitibi-Témiscamingue (FIQ-SISSAT) et de représentants de 27 organismes issus de tous les milieux (communautaire, municipal, syndical, économique, éducation, santé), ont annoncé aujourd’hui la création d’une Coalition régionale en santé et services sociaux visant à préserver des soins de qualité et de proximité dans la région.

Les membres de la Coalition se sont réunis pour discuter de la situation alarmante qui prévaut actuellement au CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue (CISSSAT). « Je suis très heureuse qu’un grand nombre d’organismes ait répondu favorablement à notre invitation. Nous avons eu des échanges très intéressants sur nos inquiétudes quant à la réorganisation des soins et des services de santé orchestrée par le CISSSAT qui, visiblement, est faite à la va-vite et sous le couvert d’une optimisation comptable des soins », a affirmé la secrétaire de la FIQ et responsable politique de la région, Marie-Claude Ouellet.

« La situation est incohérente en ce moment alors que le CISSSAT ferme des lits et coupe des postes sans assurer la continuité des soins et des services de santé offerts aux patients. Pourtant, les besoins des patients et de la population, eux, augmentent. Nous avons décidé de créer une coalition et d’agir de façon concertée pour nous assurer que les changements au sein du CISSSAT, qui sont ni plus ni moins une commande de compressions budgétaires du ministre Barrette, ne se fassent pas sur le dos des patients », a vivement dénoncé la vice-présidente du SISSAT, Nancy Moore.

Luc Blanchette et Guy Bourgeois ont-ils abandonné les citoyens?

« On se questionne beaucoup sur l’inaction du ministre régional et du député d’Abitibi-Est, Luc Blanchette et Guy Bourgeois. Ils ont choisi de défendre leur ministre de la Santé plutôt que de défendre les citoyennes et citoyens de l’Abitibi-Témiscamingue. Ça ressemble drôlement à de l’à-plat-ventrisme. Pendant qu’il nage dans les surplus budgétaires, le gouvernement libéral a décidé délibérément de sacrifier les patients de la région », a poursuivi Régine Laurent.

Tous les groupes et organismes présents ont témoigné des impacts désastreux des compressions libérales en santé en Abitibi-Témiscamingue. « Les compressions affectent les patients, elles fragilisent l’économie régionale, elles étouffent les groupes communautaires, elles pénalisent les personnes les plus vulnérables, elles isolent les petites municipalités et compromettent le travail du personnel. Les ministres Barrette et Blanchette, ont réussi le tour de force de frapper tout le monde à la fois », a conclu la présidente de la FIQ.

Pour voir à nouveau la conférence de presse