FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Mobilisation : la parole aux comités de citoyen-ne-s

Mobilisation : la parole aux comités de citoyen-ne-s

Pour une organisation syndicale, la mobilisation est le nerf de la guerre. Comment intéresser et réunir les citoyen-ne-s, notamment les membres de la FIQ, autour de l’enjeu environnemental? Voilà le thème abordé par le panel formé d’Odette Sarazin, responsable du Regroupement vigilance hydrocarbures Québec (RVHQ) pour la région Nord et la mobilisation en milieu rural, de Colombe Larivière, responsable du Comité mobilisation environnement Ahuntsic-Cartierville et responsable de la mobilisation en milieu urbain au RVHQ et de Déric Noël-Lagacé, militant du groupe Alerte pétrole Rive-Sud.

Avec des batailles médiatisées, notamment la campagne « Vous ne passerez pas » qui visait à imposer un moratoire sur l’exploitation des gaz de schiste, les comités de citoyen-ne-s ont réussi à trouver un appui populaire autour de la protection de l’environnement. Leurs actions ont souvent été couronnées de succès, mais quel est donc leur secret?

Aux dires de madame Larivière, « plaisir, action et souplesse » sont des éléments incontournables d’une mobilisation citoyenne efficace. Celle qui a su convaincre des centaines de résident-e-s de son quartier de s’impliquer dans la lutte aux hydrocarbures a multiplié les initiatives pour aller à leur rencontre : porte-à-porte, action citoyenne directe, pétitions, manifestations lors de divers évènements, assemblées citoyennes avec des député-e-s, etc. Selon elle, pour susciter la mobilisation, les revendications doivent toucher le palier national, mais aussi chacun et chacune, comme individu, dans son milieu.

Monsieur Noël-Lagacé abonde dans le même sens. « Les actions qui nous permettent d’établir un contact humain demeurent la clé. En effet, peu importe l’âge, le milieu d’action duquel nous venons (syndicats, organisations écologistes ou étudiantes), nous avons tous les mêmes principes et valeurs, nous devons donc nous concerter. » Encourageant les jeunes à se mobiliser pour le développement durable, monsieur Noël-Lagacé a conclu son intervention en soulignant que « la FIQ, avec ses 75 000 membres et ses syndicats affiliés, constitue un sacré potentiel ».

Un discours énergisant pour les jeunes militantes de la FIQ qui sauront, à coup sûr, mettre en pratique ces précieux conseils!