FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

C’est parti!

C’est parti!

Depuis vendredi dernier, je vais de nouveauté en nouveauté et de première en première. Ce blogue de la présidente est effectivement mon premier, et c’est ici que je pourrai, de façon régulière, converser et échanger avec vous.

Nous venons de passer toute une semaine de congrès! Forte en contenu, forte en discussions et forte en émotions. Vous résumer tout ce qui s’y est dit serait beaucoup trop long pour un blogue. Pour tout voir et ne rien manquer, consultez la page Web du congrès pour revivre les évènements marquants de cette magnifique semaine.

Les membres du Comité exécutif n’ont pas perdu de temps pour se mettre au boulot. Les cinq nouvelles vice-présidentes prennent place dans leurs responsabilités et se familiarisent avec leurs différents dossiers, et au travers de tout ça, on se penche sur les stratégies et les priorités des prochains mois.

Le premier rendez-vous auquel je pense est bien évidemment la négociation des conventions locales et du rehaussement des postes. L’enjeu est majeur et nous y mettrons tout le temps et l’énergie qu’il faudra. Par ailleurs, je ne surprendrai personne en disant que la question des ratios professionnelle en soins/patient-e-s sera prioritaire pour notre organisation. D’ailleurs, jeudi dernier, nous avons lancé le Livre noir de la sécurité des soins. Dans les prochaines semaines, nous serons très bruyantes à ce sujet. On veut que les partis politiques se positionnent. Qu’ils s’engagent pour le bien des patient-e-s et pour celui des professionnelles en soins. Je ne vous en dis pas plus, mais, durant cette année préélectorale, nous serons hyperactives!

J’entreprends ce mandat avec humilité, mais avec beaucoup d’idées en tête. J’ai le goût de gagner avec vous, pour vous. Je conclurai ce premier blogue en exprimant toute la fierté qui m’habite d’être la porte-parole des 75 000 professionnelles en soins de la FIQ.

En terminant, je n’aurais pu écrire ce billet un 6 décembre sans rappeler ce devoir de mémoire qui nous incombe pour les 14 victimes assassinées le 6 décembre 1989 à l’École Polytechnique. Je vous invite d’ailleurs à consulter la page des différentes activités et interventions auxquelles nous avons pris part aujourd’hui.

Nancy Bédard
Présidente