FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Découverture médicale dans les CHSLD de Québec  : nos aînés n’ont pas à faire les frais des réformes libérales

Découverture médicale dans les CHSLD de Québec : nos aînés n’ont pas à faire les frais des réformes libérales

Des professionnelles en soins, membres de la FIQ, ont manifesté aujourd’hui devant le CHSLD Christ-Roi pour dénoncer l’absence de médecins dans plusieurs CHSLD de la région. « Nos aînés n’ont pas à faire les frais des réformes libérales. Ne pouvoir compter sur la présence de médecins provoque plusieurs problèmes. Si un patient souffre d’un problème, que seul un médecin peut régler, il est transporté en ambulance vers une urgence pour être pris en charge. Pour nos personnes âgées, ces déplacements apportent un stress en plus de mettre à un risque élevé leur santé, en côtoyant les autres personnes malades dans les corridors des urgences », a dénoncé la présidente de la FIQ, Nancy Bédard.

2018-03-06 - Manifestation au CHSLD Christ-Roi

« On apprend ce matin que le ministre de la Santé aurait conclu une entente avec la Fédération des médecins omnipraticiens pour inciter des médecins à pratiquer en CHSLD. C’est une bonne nouvelle mais ça ne nous donne aucune garantie à court terme que les médecins répondront positivement. On ne connait pas les détails et personne au CIUSSS de la Capitale-Nationale n’était en mesure de nous en dire plus. On devra donc rester vigilantes », a pour sa part ajouté la présidente de FIQ – Syndicat des professionnelles en soins de la Capitale-Nationale, Patricia Lajoie.

La découverture médicale touche 734 personnes âgées au CIUSSS de la Capitale-Nationale, soit 224 usagers dans les CHSLD Christ-Roy, Sacré-Cœur et Louis-Hébert et 510 personnes âgées dans les CHSLD Villa-Bonenfant, Yvonne-Sylvain, Fargy et Saint-Augustin. Ces patients n’ont pas de médecin attitré et aucun médecin de garde.

« Cette situation, qui perdure depuis des mois, doit se régler le plus rapidement possible. Il y a urgence d’agir. Car en plus des impacts sur les patients, il a aussi des effets pernicieux sur l’ensemble de l’équipe de soins. Cela augmente la surcharge de travail des infirmières, infirmières auxiliaires et des inhalothérapeutes. Le ministre et le CIUSSS de la Capitale-Nationale s’assurer de ramener des médecins dans les CHSLD de la région », a conclu Nancy Bédard.