FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Discours inaugural du premier ministre : Le premier ministre a manqué son premier grand rendez-vous avec les professionnelles en soins

Discours inaugural du premier ministre : Le premier ministre a manqué son premier grand rendez-vous avec les professionnelles en soins

La Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec – FIQ accueille avec grande déception le discours inaugural du premier ministre François Legault. « Si ce discours était empreint d’humanisme et prononcé sur un ton qui fait du bien, il y avait bien peu de place pour la santé. Nous n’avons pas eu droit à de véritables engagements garantissant un meilleur sort aux professionnelles en soins et aux patient-e-s du réseau de la santé. Le discours de monsieur Legault n’est pas à la hauteur des promesses faites au cours des derniers mois par la CAQ. Les professionnelles en soins avaient espoir que ce gouvernement avait entendu leur détresse et qu’il allait apporter des solutions concrètes pour y répondre. À la lumière de ce que nous avons entendu cet après-midi, notre verdict est sans conteste : le premier ministre a manqué son premier grand rendez-vous avec les professionnelles en soins », a déclaré Nancy Bédard, présidente de la FIQ, présente à l’Assemblée nationale pour l’occasion.

Des ratios professionnelles en soins / patient-e-s

Pour la FIQ, l’heure est grave pour l’avenir du réseau de la santé et le gouvernement doit donner un sérieux coup de barre pour redresser la situation, particulièrement à l’approche d’une période souvent difficile pour les professionnelles en soins. « Si la CAQ veut, comme elle l’a mainte fois répété au cours des dernières semaines, à la fois alléger la charge de travail, abolir les heures supplémentaires obligatoires tout en améliorant l’accessibilité et la qualité des soins, il faut non seulement poursuivre les projets ratios professionnelles en soins / patients actuellement en cours, mais il est essentiel de déployer ces ratios dans tous les établissements de santé du Québec. Nous allons utiliser tous les canaux possibles pour faire comprendre au gouvernement que cette solution est porteuse pour l’avenir du système public de santé », de souligner madame Bédard.

Mettre fin au corporatisme médical

La FIQ invite le gouvernement à faire preuve de prudence quant à la manière d’améliorer l’accès à la première ligne. « Miser sur les GMF, des structures privées, serait une grande erreur. Poursuivre dans cette voie, c’est laisser encore une fois le contrôle de la première ligne entre les mains des médecins. L’accès à la première ligne passe par la pleine reconnaissance des compétences et de l’expertise des professionnelles en soins », d’expliquer la porte-parole syndicale.

Une saine gestion des finances publiques est un engagement de tous les gouvernements qui prennent le pouvoir et la CAQ n’y échappe pas. « Cependant, cela ne doit pas se faire au détriment des services de santé à la population ni sur le dos des milliers de professionnelles en soins qui se battent jour à après jour pour donner et assurer des soins de qualité et sécuritaires. Et lorsque monsieur Legault affirme qu’il ne gouvernera pas pour les groupes tels que les syndicats, nous tenons à lui rappeler que les syndicats sont composés de femmes et d’hommes, qui travaillent, qui ont des familles et qui contribuent à enrichir le Québec », de dénoncer la présidente.

En terminant, la FIQ salue la volonté de faire une politique nationale pour les proches aidant-e-s, d’investir dans les soins aux personnes âgées en CHSLD et en soins à domicile. « Nous espérons qu’au-delà de ce discours, des actions concrètes seront annoncées dans les prochaines semaines pour diminuer la charge de travail des professionnelles en soins et les heures supplémentaires obligatoires. On invite très sérieusement le premier ministre et la ministre de la Santé à le faire rapidement car les professionnelles en soins ont besoin d’un signal clair qu’elles ont été véritablement entendues », de conclure madame Bédard.

Photo : La Presse canadienne/Jacques Boissinot