FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Le vote : la meilleure façon de faire entendre sa voix

Le vote : la meilleure façon de faire entendre sa voix

Pendant le Réseau des jeunes, les participantes ont eu l’occasion de faire la lumière sur les résultats des dernières élections provinciales avec l’étoile montante de l’analyse et du pronostic politiques, Philippe J. Fournier, auteur du blogue qc125.com et collaborateur régulier dans différents médias. Après avoir décrit avec brio le modèle de prévision électorale qu’il a concocté et qui a fait sa renommée, monsieur Fournier s’est attardé plus spécifiquement sur les comportements électoraux des Québécois-es lors du plus récent scrutin. Ainsi, les jeunes participantes du Réseau ont notamment pu constater comment la baisse de la participation électorale a influencé le résultat final, particulièrement celui des libéraux. Par ailleurs, le 1er octobre dernier, il semble que les jeunes se soient distingué-e-s de leurs aîné-e-s en votant en plus grande proportion, ce qui explique en partie la percée de Québec solidaire.

Toujours dans la mécanique électorale, les participantes du Réseau ont également eu la chance d’entendre Jean-Sébastien Dufresne, du Mouvement Démocratie nouvelle, qui milite pour la réforme du mode de scrutin et dont la FIQ est une membre active. À travers sa présentation, les jeunes ont pu prendre conscience des importants déséquilibres de représentation causés par le mode de scrutin actuel et de ses conséquences. Même si, a priori, ce sujet peut sembler aride, monsieur Dufresne a su capter l’attention de l’auditoire en démontrant, de façon claire et imagée, comment un scrutin proportionnel mixte compensatoire pourrait facilement corriger certaines imperfections et revitaliser les démocraties québécoise et canadienne.

Enfin, en clôture du Réseau, les jeunes ont été sensibilisées à l’importance de la solidarité internationale pour soutenir, notamment, la participation politique des jeunes dans des contextes bien différents de ce qu’on connaît ici. Ainsi, les participantes ont pu en apprendre davantage sur la situation des jeunes au Nicaragua et sur le rôle important joué par le groupe d’entraide internationale Spirale et par la FIQ dans le soutien du Centre Romero qui œuvre auprès des jeunes, depuis plus de 30 ans, dans la ville de Nandaïme. D’ailleurs, si la cause vous intéresse, vous pouvez soutenir le Centre Romero par le biais de la Campagne du 30 sous chapeautée par Spirale.