FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

N’en jetez plus, la cour est pleine!

N’en jetez plus, la cour est pleine!

Pour plusieurs Québécois-e-s, l’arrivée récente de la chaleur estivale rime avec vacances et repos. Pour de nombreuses professionnelles en soins, les vacances d’été ne suffisent plus pour pouvoir réellement reprendre leur souffle après des mois et des mois de travail acharné dans un réseau de la santé au bord du gouffre. Infirmières, infirmières auxiliaires, inhalothérapeutes et perfusionnistes cliniques, je vous entends crier : N’en jetez plus, la cour est pleine!

Vous avez totalement raison! La cour est pleine et le grand ménage doit être fait. Il est évident que le gouvernement du Québec et les directions d’établissements ne pourront plus nier l’évidence. Le point de rupture est atteint et des changements drastiques doivent s’opérer. Les travaux découlant de la Journée nationale sans TSO sont présentement en cours dans les établissements de santé et les effets bénéfiques de ceux-ci ne se feront sentir qu’à l’automne. Mais il faudra plus! Il faudra beaucoup plus pour redonner aux professionnelles en soins l’espoir de voir les choses réellement changer.

Le gouvernement devra valoriser sérieusement le travail de l’équipe de soins et les belles promesses ne suffiront pas. D’ailleurs, ce n’est clairement pas avec la mesure incitative estivale du gouvernement que ce dernier va convaincre les professionnelles en soins de sa sincérité. En attendant la mise en place de solutions concrètes permettant d’améliorer les conditions de travail et d’exercice des professionnelles en soins, dont le déploiement des ratios, le gouvernement aurait dû leur offrir un minimum d’oxygène. Avec sa mesure « incitative », il rate cruellement la cible.

Ce n’est pas non plus en laissant les directions d’établissements punir les professionnelles en soins qui osent dénoncer l’inacceptable que le lien de confiance pourra à nouveau exister. Lorsqu’une professionnelle en soins dénonce le fait qu’elle a 108 patient-e-s à sa charge, c’est non seulement pour elle qu’elle le fait, mais aussi pour la population. Ce type d’appel à l’aide devrait susciter une mobilisation des gestionnaires de l’établissement pour trouver des pistes de solution. Hélas! Ce qu’on offre surtout à ces professionnelles, ce sont des avis disciplinaires et des menaces de représailles.

Il faut continuer à lutter contre cette loi du silence qui devrait appartenir à un lointain passé. N’hésitez pas à dénoncer les situations intolérables dont vous êtes les témoins. Si le faire de manière individuelle est trop difficile, unissez votre voix à celles de vos collègues. Ensemble, on est plus fortes!

Parlant d’être unies, les prochains mois seront aux couleurs de la négociation nationale et votre mobilisation sera essentielle. Cette négociation est LE rendez-vous important pour notre organisation et les 76 000 professionnelles en soins qui la composent. Il est d’ailleurs encore temps de participer à la consultation sur les matières sectorielles. Vous êtes nombreuses à l’avoir déjà fait, mais si ce n’est pas votre cas, allez-y! Vous avez jusqu’au 16 août prochain pour le faire. C’est collectivement que l’on pourra changer les choses.

La période estivale bat déjà son plein, mais la FIQ ne cessera pas ses activités pour autant. Tout comme vous pour les patient-e-s, nous serons aussi là.

Bon été à toutes!