FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

L’alliance APTS-FIQ répondra présente pour négocier l’ensemble des mesures à mettre en place pour soutenir le personnel du réseau de la santé et des services sociaux

L’alliance APTS-FIQ répondra présente pour négocier l’ensemble des mesures à mettre en place pour soutenir le personnel du réseau de la santé et des services sociaux

Les membres de l’alliance APTS-FIQ ont réitéré leur demande d’une rencontre en urgence avec la négociatrice en chef, Me Édith Lapointe, afin de négocier l’ensemble des mesures à mettre en place pour soutenir le personnel du réseau de la santé et des services sociaux (RSSS) dans le contexte de pandémie de la COVID-19. Lors de la rencontre de l’ensemble des syndicats le 15 mars dernier, le premier ministre Legault s’est montré ouvert à explorer toutes les pistes de solution pour l’ensemble du personnel du RSSS.

Un contexte exceptionnel

Depuis que le gouvernement a déclaré l’état d’urgence sanitaire, la situation évolue de jour en jour. Les finances publiques du Québec seront sollicitées d’une manière exceptionnelle et l’alliance APTS-FIQ travaillera étroitement avec la négociatrice dans ce contexte. « Il faut rebondir et nous adapter rapidement à la situation comme le font nos membres, qui ont répondu à l’appel du gouvernement. L’effort soutenu qu’ils et elles auront à déployer au cours des prochaines semaines et des prochains mois devra être reconnu », déclarent les présidentes de l’APTS et de la FIQ, Andrée Poirier et Nancy Bédard.

Protéger le personnel du RSSS

L’Alliance mettra sur la table l’ensemble des inquiétudes soulevées par les membres, notamment quant à la sécurité du personnel et à la disponibilité des équipements. « La pandémie révèle l’état du RSSS. Elle démontre non seulement l’engagement de nos membres mais appelle aussi à la responsabilisation de tou·te·s. Le gouvernement doit se montrer responsable, comme il l’a fait depuis le début de la pandémie, et offrir les conditions gagnantes pour redonner de l’oxygène à nos membres », ajoutent Andrée Poirier et Nancy Bédard.

D’ailleurs, l’alliance APTS-FIQ demande que les femmes enceintes et les personnes immunodéprimées soient immédiatement retirées de tout poste où elles pourraient être en contact avec le virus, pas seulement dans les urgences et sur la première ligne.