FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Une journée sans précédent pour les IPS québécoises

Une journée sans précédent pour les IPS québécoises

Le 17 mars dernier, l’Assemblée nationale du Québec a adopté le projet de Loi 43, donnant de nouveaux pouvoirs aux infirmières praticiennes spécialisées (IPS). Une fois les règlements nécessaires adoptés par l’OIIQ, les IPS pourront notamment diagnostiquer des maladies, faire le suivi de grossesses ou mettre des patient-e-s en garde préventive.

L’adoption du projet de Loi 43 découle de plusieurs années de revendications pour que les compétences des IPS puissent pleinement être mises de l’avant. La FIQ remercie l’ensemble des IPS ayant collaboré avec elle dans les dernières années pour porter ces demandes dans divers lieux, dont auprès du gouvernement.

Bien que la Fédération aurait aimé que le projet de Loi 43 aille plus loin, elle est heureuse du chemin parcouru et que ses principales demandes aient été entendues : un droit de diagnostiquer élargi pour les IPS et la possibilité pour la profession infirmière d’encadrer sa pratique avancée de façon autonome. La FIQ va maintenant poursuivre ses interventions pour que la règlementation à venir permette aux IPS d’avoir la pratique qu’elles et les patient-e-s méritent et pour que la pratique des IPS québécoises puisse atteindre le standard de pratique canadien.

Cette adoption rapide du projet de loi 43, tout juste avant la suspension des travaux de l’Assemblée nationale en lien avec la COVID-19, témoigne de l’importance du rôle des IPS pour la population québécoise. Les IPS font sans aucun doute partie de la solution dans la crise sanitaire que le Québec vit actuellement, mais également pour donner en tout temps accès à des soins sécuritaires et de qualité aux patient-e-s.