FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Combler les postes vacants est-il un préalable avant de pouvoir implanter des ratios sécuritaires professionnelles en soins/patients ?

Combler les postes vacants est-il un préalable avant de pouvoir implanter des ratios sécuritaires professionnelles en soins/patients ?


Si on en croit le gouvernement, OUI!

En conférence de presse le 19 mai dernier, monsieur Legault a affirmé qu’avant de revendiquer des ratios sécuritaires, il faudrait d’abord combler les nombreux postes déjà ouverts et qui n’avaient pas trouvé de preneuses. Pour lui, la revendication pour des ratios professionnelles en soins/patients est plutôt théorique, si personne ne veut combler les postes vacants.

Il affirme par ailleurs que c’est l’embauche de nouveaux préposés aux bénéficiaires qui va soulager le travail des infirmières et que la solution passe par l’augmentation des salaires en guise d’incitatif pour favoriser le travail à temps plein.

Monsieur Legault a raison lorsqu’il dit que pour doter les postes, ceux-ci doivent être attrayants. Mais est-il vrai de dire qu’il s’agit d’un préalable avant de mettre en place les ratios sécuritaires, ou n’est-ce pas plutôt le contraire?


VériFIQation faite!

Le principal objectif des ratios sécuritaires est de créer un environnement de travail dans lequel les professionnelles en soins pourront prodiguer des soins sécuritaires et de qualité, et qu’elles pourront le faire dans un climat sain et stimulant. C’est le résultat obtenu dans les pays où des ratios ont été implantés, et c’est également ce qui s’est produit au Québec, là où des projets ratios ont été menés : la fin du TSO, des salariées plus motivées et heureuses au travail, des soins de meilleure qualité et plus humains.

Stabiliser les équipes de travail, mettre fin au TSO et implanter des ratios sécuritaires sont les véritables leviers pour rendre les postes à temps complet attractifs pour les professionnelles en soins.

À lire également

Le gouvernement a-t-il les moyens de déployer des ratios sécuritaires?

Le manque de préposé-e-s aux bénéficiaires et les salaires sont-ils les grands responsables de la situation précaire en CHSLD?