FIQ | Secteur privé (FIQP)

COVID-19 – La FIQP saisit la cour supérieure en urgence pour protéger ses membres.

COVID-19 – La FIQP saisit la cour supérieure en urgence pour protéger ses membres.

La Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec–FIQ | Secteur privé (FIQP) a dû s’adresser à la Cour supérieure afin d’obliger l’employeur de Vigi Dollard-des-Ormeaux et de Vigi Reine-Élizabeth, des CHSLD privés conventionnés, à faire une inspection de la qualité de l’air et de la ventilation, et à fournir les équipements de protection à l’ensemble des salariées.

« Il est inacceptable que dans un contexte de pandémie mondiale, alors que le Québec entier a les yeux rivés sur la situation des CHSLD qui subissent une véritable hécatombe, que nous ayons à saisir les tribunaux pour que les employeurs assument leurs pleines responsabilités et protègent les salariées et les résidents », affirme Sonia Mancier, présidente de la FIQP.

Protéger les travailleuses

Le 8 mai, le syndicat a appris, par le CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal, que le système de ventilation du CHSLD Vigi Mont-Royal était défectueux et qu’un ARN viral avait été détecté dans l’air, suite à un échantillonnage environnemental SRAS-CoV-2. Ce CHSLD a été l’un des pires cas d’éclosion au Québec avec 100 % de ses résidents qui ont été infectés, soit 223 dont 68 sont décédés. « Aussitôt, nous avons interpellé la direction des ressources humaines de Vigi Santé Ltée sur la situation prévalant dans deux autres établissements, où les cas augmentaient également de façon exponentielle. Depuis avril, une proportion démesurée de salariées ont été déclarées positives à la COVID-19. Nous ne pouvions tolérer qu’il y ait un risque pour la santé et la sécurité de nos membres et des résidents », déclare Sonia Mancier.

La FIQP surveillera la situation

Acculé au pied du mur par le recours du syndicat à la Cour supérieure, Vigi Santé Ltée a été forcé d’agir rapidement pour se conformer à ses obligations légales, et a mandaté, en urgence, trois firmes d’expert d’inspection de la ventilation et de la qualité de l’air. Ce dernier a aussi dû s’engager formellement devant la Cour supérieure à fournir à la FIQP les rapports d’inspection. « Nous surveillerons de près les actions de l’employeur en matière de santé et sécurité, et nous n’hésiterons pas à saisir de nouveau la Cour supérieure si les résultats des inspections sont problématiques et que l’employeur néglige de fournir aux salariées les équipements de protection pour assurer leur sécurité. », ajoute Sonia Mancier.