Négociation nationale 2020

À propos de la négociation 2020

La convention collective nationale arrivera à échéance le 31 mars 2020, et les travaux entourant son renouvellement sont en cours. Cette négociation vise deux matières : sectorielles et intersectorielles.

Matières sectorielles

Sur les matières sectorielles, la FIQ négocie directement avec le Comité patronal de négociation du secteur de la santé et des services sociaux (CPNSSS).

Matières intersectorielles

Sur les matières intersectorielles, la FIQ négocie à une table commune avec l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS), dans le cadre de l’Alliance APTS-FIQ. Celles-ci se négocient avec le Conseil du trésor :

Ensemble, l’APTS et la FIQ représentent plus de 131 000 travailleuses et travailleurs du réseau de la santé et des services sociaux. Les deux organisations se ressemblent par leur milieu de travail, un effectif majoritairement féminin et des préoccupations convergentes sur de nombreuses questions.

Foire aux questions

Pourquoi sommes-nous en alliance avec l’APTS (et non pas avec les autres organisations syndicales)?

Nos deux organisations représentent des professionnelles et des techniciennes, majoritairement des femmes qui fournissent des soins à la population. Elles ont donc des intérêts communs et peuvent plus aisément identifier des revendications conjointes. De plus, le nombre de membres unifiant leurs forces, soit 131 000, représente plus de la moitié des salariées du réseau de la santé et des services sociaux. Cette alliance est un atout pour exercer un rapport de force face au gouvernement ainsi que pour améliorer les conditions salariales et de travail.

Est-ce que l’alliance APTS-FIQ implique le devoir de s’entendre sur les mêmes moyens de pression?

Oui. Pour soutenir les travaux de l’intersectoriel, les mêmes moyens de pression doivent être exercés au même moment. La structure de négociation de chacune des organisations doit approuver ces moyens de pression conjoints.

Pourquoi nos demandes sont-elles basées sur une convention collective de 3 ans alors que les dernières conventions collectives avaient une durée de 5 ans?

Le Code du travail prévoit une durée de trois ans pour la convention collective. Le dépôt syndical et nos demandes respectent donc cette durée.

Puisque nous sommes en alliance, quelles seront les personnes présentes à la table de négociation?

Il y aura à la table de négociation des représentantes mandatées par chacune des organisations, dont deux porte-paroles provenant de chacune des organisations.

Comment la pandémie de COVID-19 influence-t-elle la négociation nationale?

C’est toute une année pour les professionnelles en soins qui sont au front pour lutter contre la COVID-19 alors qu’elles négocient le renouvellement de leur convention collective. Il faut voir la négociation de la convention collective nationale comme une occasion de débuter la reconstruction du réseau, ébranlé par la crise, sur des bases solides. C’est maintenant qu’il faut régler les problèmes dénoncés depuis des années par les professionnelles en soins.

Avec les mesures proposées par la FIQ et la FIQP, le réseau aura une chance de se remettre de la catastrophe causée par la crise de la COVID-19. La FIQ et la FIQP proposent notamment d’ajouter des clauses sur la prévention des infections, insistent sur les mécanismes de prévention de la santé et la sécurité au travail et proposent de débuter l’implantation des ratios en CHSLD, milieux les plus touchés par la crise COVID‑19. Le gouvernement doit profiter de l’occasion qui lui est offerte pour freiner l’hémorragie qui guette le réseau de la santé, alors que les professionnelles en soins sont de plus en plus nombreuses à penser quitter leurs postes.

Comment se bâtit le projet de négociation de la FIQ et de la FIQP?

Tout part du projet de négociation, qui inclut les deux priorités de la FIQ et de la FIQP : de la santé et de la sécurité à tous les niveaux et l’attraction-rétention des professionnelles en soins dans le réseau. Ce projet découle lui-même des consultations avec les membres. Ensuite, le projet est adapté selon la conjoncture – le contexte de négociation, l’actualité, la réalité économique- avec la collaboration des militantes élues sur le Comité de négociation et des représentantes de chacun des syndicats affiliés de la FIQ et de la FIQP, qui forment le Conseil de négociation.

Le projet de négociation bénéficiera-t-il à toutes les membres de la FIQ et de la FIQP?

Oui, les mesures phares seront bénéfiques aux 76 000 membres de la FIQ et de la FIQP. On peut penser notamment à la demande d’harmonisation de la semaine de travail à 37,5 heures pour toutes et à la prime de 12 % pour les détentrices d’un poste ou d’une affectation à temps complet. Les demandes sont faites de manière à ce que tous les titres d’emplois représentés par la FIQ et la FIQP puissent en tirer des avantages.

Qu’est-ce qu’est un comité interronde?

C’est un comité de travail paritaire qui réunit la partie syndicale et la partie patronale sur des questions et des enjeux précis et définis au moment de la signature de la convention collective. Pour ce qui concerne les matières sectorielles, la FIQ et la FIQP demandent la création d’un tel comité afin de discuter de l’actualisation de la convention collective, de revoir les mécanismes de règlements des litiges, dont les griefs, et de s’assurer que la convention collective permette un devoir de représentation adéquat.

Sur le coût de ces mesures

Bien sûr, la FIQ et la FIQP sont conscientes que le Québec traverse une période économique difficile. Mais ne rien faire coûtera aussi très cher, tant d’un point de vue humain, qu’économique. Il n’y a qu’à voir l’exemple des compressions en santé publique qui ont affaibli la réponse du Québec face à la COVID-19. Sommes-nous prêts pour affronter une deuxième vague de COVID-19? Pour faire face au défi du vieillissement de la population? C’est un choix collectif de pouvoir compter sur un réseau de la santé dont les Québécois-e-s seront fiers.

Améliorer les conditions de travail des professionnelles en soins, c’est améliorer la qualité et la sécurité des soins aux patients. Nos membres veulent du temps avec leurs patients et des conditions pour bien soigner, pour bien faire leur travail.