FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Négociation 2020

Les travaux entourant la prochaine négociation de votre convention collective nationale sont commencés. La FIQ est responsable de négocier pour les professionnelles en soins membres de la FIQ et de la FIQP | Secteur privé, à titre d’agent négociateur.

La FIQ négociera à une table commune avec l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) dans le cadre de l’Alliance APTS-FIQ.

L’Alliance du personnel professionnel et technique du réseau de la santé et des services sociaux ainsi que la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec ont décidé d’unir leurs forces et elles parleront d’une même voix lors des négociations du secteur public.

Ensemble, l’APTS et la FIQ représentent plus de 131 000 travailleuses et travailleurs du réseau de la santé et des services sociaux. Les deux organisations se ressemblent par leur milieu de travail, un effectif majoritairement féminin et des préoccupations convergentes sur de nombreuses questions.


Propositions adoptées sur les matières intersectorielles APTS-FIQ



L’équipe responsable de la négociation nationale est composée de deux membres du Comité exécutif responsables de la négociation, de cinq salariées et de cinq militantes élues au Comité de négociation de la FIQ. De gauche à droite : Isabelle Groulx, inhalothérapeute, CISSS de la Montérégie-Ouest (FIQ-SPSMO), Sébastien Bouchard, infirmier, IUCPQ (FIQ-SIIQ), Marie-Hélène Verge, conseillère syndicale au secteur Négociation, Sophie Guilbault, conseillère syndicale au secteur Négociation et porte-parole à la table sectorielle, Jean-Philippe Landry, infirmier clinicien assistant-infirmier-chef, Institut de cardiologie de Montréal (FIQ-SPICICM), Roberto Bomba, trésorier de la FIQ, Serge Prévost, conseiller syndical au secteur Négociation, Cynthia Pothier, vice-présidente de la FIQ, Maude Pelletier, conseillère syndicale au secteur Négociation, Jean-François Tremblay, conseiller syndical au secteur Négociation et porte-parole à la table intersectorielle, Véronique Foisy, infirmière clinicienne, CIUSSS de l’Estrie-CHUS (FIQ-SPS des Cantons-de-l’Est), Nagia Idel-Mehdaoui, conseillère en soins infirmiers, Conseil cri de la santé et des services sociaux de la Baie-James (FIQ-SNII de la Baie-James).

Vous avez des questions?

Pour toute question sur la négociation de votre prochaine convention collective, n’hésitez pas à consulter votre équipe syndicale locale.

Foire aux questions

 

Pourquoi certaines recommandations ne sont-elles pas votées par les assemblées générales? Sur quels critères vous êtes-vous basées?

Ces propositions visent plus spécifiquement des questions d’application des dispositions nationales de la convention collective, qui doivent faire l’objet de corrections, d’harmonisation ou de modernisation. Elles recoupent des enjeux où l’on ne relève pas de conflits de droits ou d’avantages pour nos membres.
Ces propositions ont été votées lors des instances APTS et FIQ et font directement partie du projet intersectoriel de négociation. Elles ne font pas l’objet de consultations auprès des membres dans l’ensemble des établissements.

Pourquoi nos demandes sont-elles basées sur une convention collective de 3 ans alors que les dernières conventions collectives avaient une durée de 5 ans?

Le Code du travail prévoit une durée de trois ans pour la convention collective. Le dépôt syndical et nos demandes respectent donc cette durée.

Est-ce que l’alliance APTS-FIQ implique le devoir de s’entendre sur les mêmes moyens de pression?

Oui. Pour soutenir les travaux de l’intersectoriel, les mêmes moyens de pression doivent être exercés au même moment. La structure de négociation de chacune des organisations doit approuver ces moyens de pression conjoints.

Puisque nous sommes en alliance, quelles seront les personnes présentes à la table de négociation?

Il y aura à la table de négociation des représentantes mandatées par chacune des organisations, dont deux porte-paroles provenant de chacune des organisations.

Pourquoi sommes-nous en alliance avec l’APTS (et non pas avec les autres organisations syndicales)?

Nos deux organisations représentent des professionnelles et des techniciennes, majoritairement des femmes qui fournissent des soins à la population. Elles ont donc des intérêts communs et peuvent plus aisément identifier des revendications conjointes. De plus, le nombre de membres unifiant leurs forces, soit 131 000, représente plus de la moitié des salariées du réseau de la santé et des services sociaux. Cette alliance est un atout pour exercer un rapport de force face au gouvernement ainsi que pour améliorer les conditions salariales et de travail.

Quelle est la différence entre les matières sectorielles et les matières intersectorielles?

Les matières sectorielles englobent les conditions de travail qui s’appliquent à un groupe de personnes en particulier. Par exemple, les professionnelles et techniciennes fournissent des soins à la population, ce qui n’est pas le cas d’autres salariées dans le secteur de la santé.

Les matières intersectorielles, quant à elles, font référence aux conditions de travail qui s’appliquent à l’ensemble des salariées et qui ont une incidence monétaire importante. Il est question des demandes salariales, de la retraite, des droits parentaux et des disparités régionales.

Lorsqu’il est question de négocier en Front commun, est-ce que cela inclut la FIQ?

Lorsqu’il est question de négocier en Front commun, il s’agit des matières intersectorielles seulement. À ce jour, la FIQ n’a pas été approchée par quelque Front commun que ce soit. Concernant les 4 matières intersectorielles (salaire, retraite, droits parentaux et disparités régionales), la FIQ négocie en alliance avec l’APTS.

Que ferez-vous avec les moyens et les solutions qui sont liés à la convention collective locale?

Il est effectivement possible que certains moyens et solutions se rattachent à la convention collective locale, et ce, bien que nous soyons en consultation dans le cadre de la négociation nationale. Or, ceux-ci seront tout de même pertinents, puisqu’ils indiqueront la nécessité de réfléchir à des leviers qui devraient être inclus dans le cadre de la convention collective nationale et qui auront une incidence sur vos conditions de travail locales.

Comment seront priorisés les moyens et les solutions les uns par rapport aux autres?

Comme la négociation se fera à partir des priorités et des objectifs adoptés par les membres de la FIQ et de la FIQP en assemblée générale, inévitablement, les problèmes vécus par les professionnelles en soins seront au cœur des discussions à la table sectorielle de négociation.

Les moyens et les solutions retenus en cours de négociation seront ceux qui s’adapteront à la conjoncture et qui solutionneront le mieux et le plus globalement les problèmes identifiés.

Comment ont été déterminés les 2 priorités et les 5 objectifs de l’avant-projet sectoriel de négociation?

Les 2 priorités et les 5 objectifs ont été déterminés à la suite de nombreuses consultations, notamment auprès des membres, des syndicats affiliés et des conseillères syndicales de la FIQ. Par la suite, les réflexions et les constats ont également été partagés aux divers paliers de la structure de négociation.

Pourquoi n’est-il pas question de demandes salariales dans le cadre de cette consultation?

Les demandes salariales ne sont pas incluses, puisque la consultation prévue du 13 juin au 16 août 2019 concerne les matières sectorielles de la négociation. Une consultation concernant les 4 matières intersectorielles (salaire, retraite, droits parentaux et disparités régionales), incluant les demandes salariales, se tiendra plus tard cet automne.

Quelle est la différence entre les matières sectorielles et les matières intersectorielles?

Les matières sectorielles sont les conditions de travail qui s’appliquent à un groupe de personnes en particulier. Par exemple, les salariées de la catégorie 1 donnent des soins auprès des patient-e-s, ce qui n’est pas le cas d’autres salariées dans le secteur de la santé.

Les matières intersectorielles sont les conditions de travail qui s’appliquent à l’ensemble des salariées et qui ont une incidence monétaire importante. Il est question des demandes salariales, de la retraite, des droits parentaux et des disparités régionales.