FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Temps supplémentaire obligatoire (TSO)

Le temps supplémentaire obligatoire (TSO) :

Le TSO est devenu un réel mode de gestion qui porte atteinte aux droits des professionnelles en soins et a un impact direct sur la qualité et la sécurité des soins. Il s’agit d’une pratique courante de gestion à laquelle on devrait uniquement avoir recours en cas d’urgence ou d’événements imprévus. Ce qui devait être une mesure d’exception a été érigé, dans beaucoup d’établissements, en véritable système de gestion. C’est inhumain et dangereux tant pour les professionnelles en soins que pour les patient-e-s . On peut même qualifier cette pratique comme forme de violence organisationnelle. Quand le TSO est « prévu » à l’avance, on n’appelle plus cela une urgence.

La campagne estivale TSO :

Chaque jour, les professionnelles en soins sont les victimes des impacts néfastes et désastreux de ce fléau qui sévit dans le réseau de la santé. Cette campagne met en évidence les conséquences désastreuses du TSO, mais plus précisément celles qui teintent la vie quotidienne des professionnelles en soins, mais aussi de leurs familles et leurs proches. L’objectif est de maintenir la pression politique afin que cesse le recours au TSO.

Les professionnelles en soins veulent pouvoir choisir leur santé physique et mentale, leur vie personnelle et familiale. Elles veulent, comme la grande majorité de la population, vivre une journée normale de travail. Une journée où elles ne risquent pas d’être prises en otage.

Racontez-nous votre réalité :

Cette campagne nous permet de documenter cette réalité puisque nous invitons les professionnelles en soins à participer à la campagne en commentant et en nous partageant les effets du TSO dans leur vie quotidienne via notre Facebook, Twitter et Instagram. On vous invite à utiliser le mot-clic #TSO pour partager vos histoires.

La suite de la journée nationale sans TSO du 8 avril dernier :

La journée nationale du 8 avril a permis d’ouvrir les canaux de communications avec la ministre de la Santé et des Services sociaux. Nous lui avons fait part d’une multitude de solutions. Elle dit avoir entendu le cri du cœur des professionnelles en soins et elle s’est engagée à ce que le temps supplémentaire obligatoire soit rapidement chose du passé. Elle mentionne qu’à l’automne, on devrait ressentir l’effet des mesures du 200 millions investis dans les hôpitaux et les CHSLD. Ici à la FIQ, on attend l’automne avec impatience afin de constater les changements promis. Dans le cas contraire, nous allons poursuivre notre lutte!

Le TSO, ça assez duré! #TSO #ÇaAssezDuré