FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Prix collectif et prix individuel Régine-Laurent

Lors du Congrès du Regroupement des FIQ–RFIQ de juin prochain, vous aurez l’occasion de remettre à vos pairs un prix collectif et le prix individuel Régine-Laurent. Ces prix soulignent l’engagement syndical exceptionnel d’une membre ou d’une militante ou d’un groupe de membres ou de militantes.

Prix collectif

Le prix sera remis à un groupe de membres ou de militantes s’étant démarqué en mettant en place une ou des implications ou des actions d’advocacy collectives qui impliquent des membres et qui reflètent leur engagement syndical exceptionnel.

Candidatures soumises

Les membres de l’unité des naissances de l’hôpital de Saint-Eustache (SPSL)

Le personnel des soins intensifs du sud de Lanaudière.

Cette équipe, receveur de cas de COVID-19, a su démontrer tout au long de la pandémie une solidarité hors du commun. L’équipe a non seulement relevé le dur défi de soigner des gens d’une maladie qui était inconnue, mais a aussi su se tenir et revendiquer des conditions de travail qui lui permettaient de donner des soins adéquats. Pendant cette pandémie, l’équipe s’est levée debout ou plutôt est restée assise à trois reprises pour obtenir le personnel requis pour donner des soins adéquats et sécuritaires. Les professionnelles en soins ont exigé de pouvoir continuer de dispenser les soins en ne se mettant pas elles-mêmes à risque, mais surtout en ne mettant pas les patients en danger. Elles ont proposé des solutions et ont accepté de travailler avec l’employeur pour résoudre différents problèmes. Jamais elles n’ont arrêté de demander de pratiquer leur métier sans prendre le risque de compromettre la sécurité des patients. Leur solidarité et leur promotion des bonnes pratiques auront mené à un comité de travail pour changer les choses. Elles ont revendiqué tour à tour des conditions adéquates en plaidant que leurs patients méritaient des soins de qualité. Elles se sont présentées aux rencontres qu’elles ont elles-mêmes demandées afin de faire changer les choses. Malgré le temps supplémentaire obligatoire quasi quotidien, elles n’ont jamais abandonné leurs demandes pour des soins de qualité. La fatigue n’aura pas eu raison de leur plaidoyer. Nous considérons que le prix Régine-Laurent représente la force de ce groupe de professionnelles en soins engagées, voilà donc pourquoi nous pensons que ce groupe mérite ce prix. Le personnel des soins intensifs Lanaudière Sud est un groupe solide, soudé et qui n’a pas peur d’exiger des conditions pour bien faire son travail et pour leurs patients qui méritent le meilleur de ce groupe. Le personnel des soins intensifs Lanaudière Sud représente ce qu’est l’advocacy. Merci de considérer cette candidature.

Le syndicat FIQSIL

Les professionnelles en soins des blocs opératoires des hôpitaux HMR et Santa Cabrini

Aujourd’hui, c’est avec fierté et conviction que je vous présente le groupe de professionnelles que le FIQ SPSESTIM a choisi de présenter à titre de candidates pour le prix collectif Régine-Laurent : les professionnelles en soins des blocs opératoires des hôpitaux Maisonneuve-Rosemont et Santa Cabrini.

C’est avec stupeur et indignation que ces soignantes ont réagi quand leur employeur leur a annoncé qu’il procéderait à l’embauche de personnel non qualifié pour travailler à l’interne des blocs opératoires du CIUSSS l’Est-de-l’Île-de-Montréal. Animer par le désir de continuer à offrir des soins de qualité et sécuritaires à leurs patients, les professionnelles en soins concernées ont rapidement pris les choses en main afin que le projet ne voie jamais le jour. Sans le savoir, elles venaient d’amorcer la plus belle démonstration d’advocacy en soins infirmiers qu’on ne puisse imaginer. Elles se sont carrément portées à la défense de leurs patients en s’appropriant les finalités intrinsèques du « prendre soin ».

La collaboration entre le groupe de professionnelles en soins et le syndicat fut exemplaire, non seulement parce qu’elles ont agi promptement et collaboré tout au long du processus, mais bien parce qu’elles se sont mobilisées et qu’elles ont milité avec acharnement et courage. Je me rappelle encore à quel point j’ai été surpris de me faire solliciter par les médias dès le lendemain de l’annonce du projet par l’employeur. Un des leaders du groupe venait de donner une entrevue à Paul Arcand au sujet d’un article paru dans Le Montreal Gazette qu’il avait lui-même initié la journée même de l’annonce.

À partir de ce moment, les initiatives du groupe visant à accroitre la pression sur l’employeur afin qu’il renonce définitivement à son projet s’enchainèrent. Elles ont investi les réseaux sociaux et les médias traditionnels afin de faire connaitre les enjeux, elles ont alerté les associations et les ordres professionnels et elles ont même mis leur emploi en péril en signant une démission effective la première journée où l’employeur irait de l’avant avec son projet. Deux jours plus tard, le CIUSSS a abandonné son projet.

Les professionnelles en soins des blocs opératoires des hôpitaux Maisonneuve-Rosemont et Santa Cabrini sont la preuve vivante que les professionnelles en soins jouent un rôle essentiel dans la défense de l’intérêt des patients, surtout en temps de pénurie. Elles ont également fait la démonstration qu’ensemble tout est possible.

Les professionnelles en soins œuvrant au CHSLD Denis Benjamin Viger

Pourquoi soumettre leur candidature?

Pour nous la réponse est simple. Ces professionnelles en soins se sont démarquées grandement lorsqu’elles ont déposé d’elles-mêmes, une plainte en fardeau de tâches pour le CHSLD Denis Benjamin Viger.

Sans le savoir, elles ont fait preuve « d’advocacy » pour les résidents du centre d’hébergement Denis Benjamin Viger, car elles ont osé dénoncer haut et fort que les résidents ne recevaient pas la qualité des soins qu’ils méritaient, que leur sécurité était mise en cause, que leurs droits étaient brimés. Sans le savoir, elles se sont portées à la défense des patients.

Un comité de soins a été mis en place, un comité auquel elles ont participé activement en fournissant au Syndicat l’information nécessaire afin de faire reconnaitre cette triste réalité vécue au CHSLD Denis Benjamin Viger.

Elles sont même allées à la FIQ raconter leur histoire à Daniel Gilbert et Régine Laurent. Lors de cette rencontre, elles étaient très contentes de se sentir soutenues par la FIQ et d’avoir l’approbation des membres du Comité exécutif et que ce dossier devait aller jusqu’au bout.

Jamais, elles n’ont hésité à dénoncer auprès de la personne-ressource la réalité vécue par les résidents du CHSLD Denis Benjamin Viger. Ce qui a contribué à obtenir un rapport de la personne-ressource favorable pour la FIQ.

Leur dévouement a fait avancer ce dossier, et ce, toujours dans l’intérêt des résidents du CHSLD. Malgré tout leur dévouement, l’employeur a continué à contester, mais jamais elles n’ont cessé de croire au Syndicat FIQ.

Le dossier a procédé devant un arbitre en 2018, puis devant les tribunaux en 2019-2020 et en 2021 devant la cour d’appel dont nous attendons toujours la décision.

Malgré ce long parcours, jamais elles n’ont perdu confiance envers la FIQ, mais surtout jamais elles n’ont laissé tomber les résidents du CHSLD. À ce jour, elles continuent à mettre au cœur de leur travail les résidents. N’est-ce pas ça l’advocacy?

Ce qui a débuté avec une simple plainte en fardeau de tâche a fini par écrire une page de l’histoire de la FIQ. Pour nous, ces professionnelles en soins se démarquent par leur implication et méritent le prix Régine-Laurent.

Le Syndicat des professionnelles en soins de santé ODIM

Prix individuel Régine-Laurent

Le prix sera remis à une membre ou une militante s’étant démarquée par un geste d’advocacy
qui reflète son engagement syndical exceptionnel.

Candidatures soumises

Lucie Landry (SPSE)

Bonjour à vous chères déléguées!

Les militantes du FIQ-SPSCE souhaitent présenter une candidate pour le prix individuel Régine-Laurent. Notre collègue se démarque par son expérience, son expertise, son engagement, son investissement de temps, ses idées proactives et innovantes pour les membres de la FIQ et les patients en s’assurant de la qualité et de la sécurité des soins.
Mme Lucie Landry milite depuis plus de 15 ans déjà. Elle est vice-présidente inhalothérapeute au sein de notre Comité exécutif FIQ-SPSCE, responsable principalement du volet de la Santé et de la Sécurité au travail, du comité paritaire SST et du comité de la Condition féminine dans notre équipe locale.

En mai 2020, en pleine première vague de la pandémie, nous avons été informés de la fermeture, dite temporaire, de la clinique d’interruption volontaire de grossesse (IVG) située à Cowansville. L’Employeur naturellement n’avait pas pris soin de nous aviser préalablement. Les femmes souhaitant une interruption de grossesse dans le cadre du planning familial devaient donc dorénavant se rendre à Sherbrooke à près de 100 km pour obtenir ce service. C’est un frein important pour la clientèle sans moyen de transport. Mme Landry a rapidement contacté les membres FIQ visées, le médecin responsable, les députés provinciaux responsables de la condition féminine, Mme Christine Labrie, Mme Hélène David, Mme Isabelle Charest, les organismes communautaires de la région de l’Estrie via le CAFE et le secteur de la condition féminine de la FIQ. Chapeauté par Mme Landry, cette grande équipe s’est mobilisée afin de faire des pressions auprès de notre Employeur et du gouvernement. Un plan d’actions ciblées comprenant l’envoi d’une lettre à notre DG et à la ministre de la Santé de l’époque, Mme Danielle McCann, ainsi qu’une dénonciation publique furent mis en exécution dans l’ultime objectif que la clinique puisse recommencer ces activités dans les plus brefs délais. Grâce aux actions menées par notre collègue, notre syndicat a gagné sa bataille, et ce, pour le bien de la population. L’Employeur a révisé sa position et la clinique IVG du RLS La Pommeraie a recommencé ces activités dès le 19 juin 2020. Également, la pérennité de cette clinique fut assurée par le déménagement dans des locaux permanents. Ce geste d’advocacy pour la clientèle féminine vaut la peine d’être souligné par les gestes et les actions posés par notre collègue. Mille mercis, Lucie Landry, au nom des femmes de l’Estrie et de ton équipe syndicale.

Émilie Ricard (SPS MCQ)

Émilie s’est démarquée en posant un geste d’advocacy le 29 janvier 2018. Ce jour-là en dénonçant, elle a mis en lumière les problématiques de ratio inconcevable dans les CHSLD. Son message qui a été partagé à des milliers de reprises et s’est rendu jusqu’en Suède a permis de sensibiliser le gouvernement et la population. Plusieurs professionnelles ont embarqué dans la vague d’identification de #JESUISÉMILIE en partageant son histoire. Par la suite, elle a donné plusieurs entrevues, conférences et s’est impliquée dans la vie syndicale comme agente en voulant améliorer nos conditions de travail. Ce geste parmi d’autres contribue à faire la différence en refusant la loi de l’omerta dans le réseau de la santé. Merci Émilie et tu es un exemple d’advocacy légendaire au FIQ-SPSMCQ et partout au Québec !