FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Plan de contingence : le ministre de la Santé a enfin compris notre message

Plan de contingence : le ministre de la Santé a enfin compris notre message

Enfin, le ministre de la Santé a compris notre message : il n’y a pas de marge de manœuvre dans le réseau de la santé. Nous sommes inquiètes pour nos membres qui subissent déjà une pression insupportable. Nous sommes inquiètes pour les patient-e-s qui ne reçoivent actuellement pas tous les soins et les services essentiels.  Le ministre n’avait pas le choix d’annoncer des assouplissements, car il voyait bien qu’il se dirigeait droit dans le mur. Tous les établissements appliquent déjà des plans de contingence sur le terrain et ce sont nos membres qui assument la surcharge de travail, contraintes au temps supplémentaire obligatoire. On évite le chaos à court terme, mais nous ne sommes pas sorties du bois. Le réseau demeure extrêmement fragile.

On n’a plus de temps à perdre. La FIQ exige que tous les syndicats affiliés participent à la réorganisation des services dans les établissements. Actuellement, ce n’est pas le cas.  Les changements dans la culture de gestion que nous réclamons sur toutes les tribunes doivent s’incarner par des gestes concrets. Maintenant, on attend le message fort du ministre de la Santé que des initiatives et des directives concrètes seront mises en place rapidement pour cesser le recours systématique au temps supplémentaire obligatoire.