FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Forum sur le TSO : « M. Dubé doit prendre ses responsabilités pour sauver le réseau public de santé » disent les participantes

Forum sur le TSO : « M. Dubé doit prendre ses responsabilités pour sauver le réseau public de santé » disent les participantes

La Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec‒FIQ et la FIQ | Secteur privé–FIQP ont tenu un premier Forum de mobilisation des professionnelles en soins le 15 novembre 2021. Plus de 400 participantes, membres, militantes, citoyennes et citoyens de partout au Québec se sont réuni-e-s pour discuter de l’enjeu du temps supplémentaire obligatoire (TSO). Une première édition couronnée de succès!

Trois panélistes étaient invitées à partager leur réalité avec les participantes. Il s’agit de Marie-Ève Lingard-Lord, infirmière au CIUSSS de la Capitale-Nationale et représentante syndicale, Audrey Marineau, infirmière clinicienne au CISSS de la Montérégie-Est, et Sophie Thériault, infirmière au CIUSSS de l’Estrie-CHUS et représentante syndicale. Elles ont tour à tour expliqué les impacts du TSO sur leur pratique, sur les familles, contribuant aussi à rendre plus toxiques les relations de travail. Elles ont dénoncé que la gestion de la pénurie continue de reposer uniquement sur leurs épaules alors que leur responsabilité est de donner des soins. Le sentiment d’impuissance et de culpabilité de même que les conséquences sur la santé psychologique des professionnelles en soins ont aussi été abordés lors des échanges, dont le risque de développer des maladies liées à l’épuisement professionnel.

L’heure est grave : les professionnelles en soins en mode survie

« Le TSO, c’est inhumain! Après 16 heures de travail consécutif, le risque d’erreur est bien réel! Personne ne peut être exposé à ce stress quotidiennement! », dénonce Patrick Guay, vice-président à la FIQ et responsable du forum. Le réseau et les professionnelles en soins sont en mode survie, il est du devoir du gouvernement de prendre ses responsabilités. Malgré les conséquences bien connues, les employeurs du réseau continuent de nier le problème. Le TSO est devenu la norme et tue le réseau. Établir les horaires de travail et s’assurer que les conditions de travail sont attractives pour avoir du personnel en nombre suffisant incombent aux gestionnaires et au gouvernement. Il est plus que temps qu’il devienne un employeur de choix », ajoute M. Guay.

La population québécoise veut interdire le TSO

Dans un sondage Léger inédit pour le compte de la FIQ et de la FIQP mené auprès de 1 000 Québécoises et Québécois en octobre dernier, 74 % ont répondu qu’il fallait interdire le recours au TSO immédiatement. Pour un gouvernement qui dirige par sondage, la FIQ et la FIQP l’invitent fortement à tenir compte de la volonté de la population.

Le forum a permis de faire entendre la voix des professionnelles en soins. Plusieurs ont lancé un message au ministre de la Santé, l’invitant à les écouter et à les respecter. La FIQ compte poursuivre ses actions au cours des prochaines semaines pour mettre fin au TSO comme mode de gestion.