fbpx

FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

COVID-19 : Une décision de la CNESST en faveur de la FIQ pour encadrer le retour au travail des professionnelles en soins asymptomatiques

COVID-19 : Une décision de la CNESST en faveur de la FIQ pour encadrer le retour au travail des professionnelles en soins asymptomatiques

À la suite d’une plainte de la FIQ-Syndicat des professionnelles en soins des Cantons-de-l’Est déposée le 29 décembre dernier, une inspectrice de la CNESST donne raison dans l’ensemble au syndicat et a émis pas moins de quatre dérogations visant le CIUSSS de l’Estrie-CHUS, lequel devra s’y conformer d’ici les prochains jours. Les mesures de sécurité encadrant le retour au travail d’une salariée en isolement préventif dû à la COVID-19 sont renforcées tout comme le port du masque N95 en zone froide.

Depuis le 24 décembre 2021, la CNESST demande le port du masque N95 en zone froide. Le syndicat tentait depuis le 25 décembre de savoir à quel moment l’employeur allait mettre en application cette mesure qui tardait à être instaurée. Le CIUSSS a rapidement appliqué la levée de l’isolement à sept jours pour les travailleuses asymptomatiques ayant contracté la COVID-19 sans que le syndicat ni les travailleuses ne soient informés des procédures en place.

Pour la FIQ, il demeure certains points non résolus dans la décision de l’inspectrice de la CNESST, notamment le fait de rappeler au travail des salariées potentiellement contagieuses, ce qui comporte un risque et rend le milieu de travail non sécuritaire. Cela ne favorise pas le rétablissement complet de la salariée en isolement préventif. Pour la FIQ, l’employeur doit établir un plan d’action afin de modifier sa méthode de gestion des effectifs. La question de la ventilation dans les milieux de soins devrait également être clarifiée, aucune action en ce sens n’est prévue dans les nouvelles directives du ministère de la Santé et des Services sociaux.

Enfin, sur le port du masque N95 des autres collègues lorsqu’elles sont dans la même pièce qu’une salariée en isolement préventif, la FIQ est d’avis que l’ensemble de l’installation devrait porter des masques N95 ou, minimalement, l’unité de soins au complet en raison de la transmission par aérosols qui fait que les particules se déplacent au-delà de deux mètres et restent en suspension dans l’air.

L’inspectrice de la CNESST a rappelé dans sa décision que « le retour de travailleurs avant la fin de leur isolement, covid positif ou non, est une mesure d’exception qui doit être appliquée de façon rigoureuse et être supervisée afin de réduire le risque auprès des autres travailleurs. Jusqu’à la mise à jour de sa procédure, l’employeur doit s’assurer que la totalité des mesures de prévention sont en place lorsqu’il choisit d’effectuer un rappel hâtif d’un travailleur en isolement. »

Chaque décision favorable à la protection des travailleuses est un gain qui permet à la FIQ de bien défendre les droits et les intérêts de l’ensemble de ses membres. La santé et la sécurité des professionnelles en soins et des patient-e-s doivent demeurer au centre de cette crise sans précédent. La FIQ poursuivra ses actions en vue de rendre le milieu de travail plus sécuritaire pour les professionnelles en soins et de réduire le risque de transmission de la COVID-19.

[Télécharger le rapport d’inspection de la CNESST]