FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

La FIIQ questionne le processus du vote.

Montréal, le 1er février 2000  –   La présidente de la Fédération des infirmières et infirmiers du Québec, madame Jennie Skene, a déclaré, ce matin, que le processus entourant la prise de vote lors du référendum tenu par l’exécutif syndical des infirmières de Cité de la santé de Laval a été empreint d’un manque flagrant de transparence. « Nous avons, de plus, constaté plusieurs irrégularités pendant la prise du vote et il nous a été impossible d’obtenir ne serait-ce qu’un minimum de collaboration avec les membres de l’exécutif local », a poursuivi la présidente.

« Nous sommes prêtes à accepter et respecter des résultats qui expriment la volonté des membres de quitter la FIIQ lorsque le processus de vote est fait démocratiquement. Malheureusement, cela ne semble pas être le cas pour le Syndicat des infirmières et infirmiers de la Cité de la santé de Laval. » La FIIQ fera un bilan détaillé des événements qui ont entouré la tenue de ce référendum et, après évaluation, décidera des prochaines étapes à suivre dans ce dossier.

« Il s’agit d’une décision importante, et pour les infirmières de Cité de la Santé de Laval et pour notre Fédération, et nous avons le devoir de nous assurer que les droits démocratiques de toutes les infirmières sont respectés » a conclu madame Skene.

Au moment d’émettre ce communiqué, le Syndicat des infirmières et infirmiers de la Cité de la santé de Laval n’avait toujours pas communiqué à la présidente de la Fédération les résultats du vote.