FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Convergence 2001 – L’OMC et les enjeux du Qatar : Un monde meilleur et plus sécuritaire est possible.

Montréal, le 8 novembre 2001  –   Dans le cadre de la campagne du Front commun contre l’Organisation mondiale du commerce (FCOMC), la caravane de Québec au Qatar, qui traverse actuellement le pays, s’arrête aujourd’hui à Montréal. Cette campagne vise à encourager les citoyens et les citoyennes à s’informer sur les conséquences des politiques de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et à oeuvrer pour le développement du commerce et de la consommation socialement responsables et équitables. Pour souligner ce passage, Convergence 2001 organise aujourd’hui une activité d’information à l’UQAM, de 12h à 14h au Pavillon Judith-Jasmin, Foyer Alfred-Laliberté.

« Notre santé, notre éducation et notre culture nous appartiennent et ne doivent pas devenir de vulgaires marchandises entre les mains des drogués du profit maximum » a déclaré Robert Jasmin d’ATTAC, un des quatre conférenciers invités.

Les conférenciers, Jean Harry Clerveau, secrétaire général de la Fédération des syndicats des travailleurs de l’électricité d’Haïti, Aleyamma Antony du Secretariat World Forum of Fisher Peoples de l’Inde, Amélie Binette d’Équiterre et Robert Jasmin d’ATTAC, discuteront avec les participants, de l’OMC et ses conséquences sur nos vies quotidiennes, de l’importance du développement d’un commerce responsable ainsi que des effets néfastes du système commercial international actuel dans les pays en voie de développement.

Les opposants à l’OMC et aux prochaines négociations qui se tiendront à Qatar, ne sont pas contre le commerce entre les nations, ni l’établissement de règles pour le régir. Cependant, ils croient que tous les accords commerciaux doivent garantir aux populations la primauté des accords sociaux et environnementaux existants.

« Le programme de l’OMC doit être remplacé par un nouveau système commercial international, qui viserait l’instauration d’un monde meilleur et plus sûr, axé sur la sécurité économique, la sécurité politique, la sécurité sociale, la sécurité écologique, la sécurité alimentaire et finalement la sécurité par la paix », affirment les opposants à l’OMC.

Ils soutiennent que « Tant et aussi longtemps que le commerce mondial et ses répercussions sur le Canada et le Québec n’auront pas fait l’objet d’une révision complète, nos gouvernements doivent rejeter la tenue d’un nouveau cycle de négociations de l’OMC ».