FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Le Québec perd l’un de ses grands leaders syndicaux

Montréal, le 19 juillet 2002  –   C’est avec tristesse que nous apprenons le décès d’un des grands leaders syndicaux qu’a connu le Québec, Monsieur Louis Laberge.

Monsieur Laberge a consacré sa vie à la promotion et à la défense des intérêts des travailleuses et des travailleurs syndiqués et non-syndiqués. Il a été de toutes les luttes menées par ces travailleuses et ces travailleurs afin de faire reconnaître leur propre valeur et celle de leur travail.

Rassembleur, visionnaire, pragmatique, habile tribun et redoutable négociateur, il a présidé aux destinées de la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ) pendant plus de 25 années. Depuis les années 1960, période de la révolution tranquille, la société québécoise a vécu de multiples transformations auxquelles, à sa façon, il a contribué à titre de président de la FTQ. Son action a entres autres permis l’acquisition par les travailleuses et les travailleurs, de même que pour leurs organisations syndicales, d’une reconnaissance et d’un respect qu’ils n’avaient pas encore réussi à acquérir au fil des luttes et du temps passés depuis la révolution industrielle.

Il a également été celui qui a permis la création du Fonds de solidarité de la FTQ qui, par la suite, s’est avéré être un formidable levier économique orienté vers le développement social tout en étant un outil de solidarité exceptionnel entre les travailleuses et les travailleurs.

Louis Laberge a marqué l’histoire récente du Québec de même que l’histoire du syndicalisme québécois et nous nous en souviendrons toujours.

À sa famille, à ses amis, à celles et ceux qui ont été ses collaborateurs, nous tenons à exprimer, au nom des 45 000 infirmières membres de la FIIQ, notre vive sympathie et nos plus sincères condoléances.