FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Amendements au projet de loi 30. Pour la FIIQ : des amendements au service des employeurs.

Montréal, le 12 décembre 2003  –  En réaction au dépôt des amendements au projet de loi 30, la présidente de la Fédération des infirmières et infirmiers du Québec (FIIQ), Jennie Skene, constate à quel point le ministre Couillard s’est empressé de répondre aux demandes des employeurs et a fait fi de celles des syndicats.

Rappelons que, lors de la consultation sur le projet de loi 30, la Fédération avait dénoncé ce qu’elle qualifiait d’une sérieuse atteinte à la liberté d’association. « Nous ne pouvons que constater qu’en poursuivant sur la voie de décider de la composition des unités de négociation dans le secteur de la santé, le gouvernement persiste à s’attaquer aux organisations syndicales que des travailleuses et travailleurs se sont données pour répondre à leurs besoins en fonction de leur communauté d’intérêts », de déclarer la présidente de la FIIQ, Jennie Skene.

De plus, la Fédération avait exprimé clairement, lors de la consultation, la volonté des infirmières de conserver une catégorie qui préserverait leur identité professionnelle, un choix qu’elles ont fait depuis de nombreuses années. La Fédération entend donc faire savoir au gouvernement, par divers moyens, qu’elle s’oppose fermement à ces amendements.