FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

La FIIQ est plus que déçue du dépot patronal.

Montréal, 21 juin 2004  –  La Fédération des infirmières et infirmiers du Québec (FIIQ) dénonce le dépôt patronal du CPNSSS (Comité patronal de négociation de la santé et des services sociaux) reçu ce matin. « Le dépôt du comité patronal en vue du renouvellement de la convention collective des infirmières n’augure rien de bon pour les négociations à venir. Au lieu de s’attaquer aux conditions de travail difficiles et aux problèmes de pénurie dans le réseau de la santé, les associations patronales proposent des reculs inacceptables », s’est indignée, la vice-présidente et responsable de la négociation, Lina Bonamie.

Rappelons que les infirmières de la FIIQ s’étaient données comme priorités de négociation : un aménagement du temps de travail, une stabilisation des postes, un maintien et un développement des compétences, un règlement accéléré des litiges et un accès plus facile à des garderies en milieu de travail. « Nos demandes apportent des solutions concrètes à la pénurie d’infirmières, à l’utilisation abusive des heures supplémentaires et à la surcharge de travail. Un an après le dépôt de notre projet de convention, les employeurs ne sont toujours pas prêts à entreprendre une négociation et ne proposent aucune mesure pour favoriser l’attraction et la rétention du personnel infirmier  », de poursuivre Lina Bonamie.

Avec ce dépôt d’intentions, la FIIQ ne peut que constater à quel point le gouvernement Charest persiste dans la voie de l’affrontement et le non-respect des droits syndicaux. « Nous nous apprêtons à vivre de grands chambardements dans le réseau, ce n’est certainement pas avec ce genre de propositions que le gouvernement obtiendra la collaboration des travailleuses et des travailleurs de la santé », de conclure la vice-présidente de la FIIQ, Lina Bonamie.