FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Le SISP lance une tournée d’information et de mobilisation pour défendre les services publics

Québec, le 16 janvier 2007  –  Le Secrétariat intersyndical des services publics (SISP) a lancé aujourd’hui sa plate-forme syndicale, en prévision d’une tournée d’information et de mobilisation qui mènera les chefs syndicaux du SISP un peu partout au Québec. Cette tournée vise la défense des services publics, dans le contexte d’un éventuel déclenchement d’élections provinciales au Québec.

Les chefs des quatre organisations syndicales membres du Secrétariat intersyndical des services publics (SISP), soit la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), le Syndicat de la fonction publique du Québec (SFPQ) et le Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ), soutiennent que les services publics doivent continuer à jouer un rôle de premier plan dans le développement et le maintien de la qualité de vie de la population. Ils le rappelleront au cours de cette tournée de douze villes du Québec qui se tiendra sous le thème Les services publics, le meilleur de nous­mêmes !, du 30 janvier au 4 avril 2007.

Selon Réjean Parent, président de la CSQ, Lina Bonamie, présidente de la FIQ, Michel Sawyer, président général du SFPQ, et Gilles Dussault, président du SPGQ, « le gouvernement Charest s’est entêté à diriger le Québec et ses régions comme s’il en était le propriétaire. Conformément à sa vision affairiste de la vie en société, les missions essentielles de l’État ont rapetissé comme peau de chagrin. Nous partons donc à la rencontre des membres de notre coalition syndicale pour indiquer clairement au gouvernement quelles sont leurs attentes et leurs priorités. »

Les chefs syndicaux ont noté que les services publics sont actuellement frappés par une vague de déréglementation, de privatisation, de sous-traitance, d’érosion des budgets, de pénurie de personnel et de ressources, de vente à rabais de biens collectifs. Dans ce contexte, ils ont indiqué que le gouvernement Charest, malgré l’adoption de lois antisyndicales sous sa gouverne, n’empêchera pas les syndicats des secteurs public et parapublic d’exercer leur vigilance. 

Dans sa plate-forme, le SISP réclame ainsi auprès des partis politiques et des candidats aux prochaines élections de s’engager notamment à : maintenir une fonction publique professionnelle permanente et non partisane; établir un nouveau pacte social au Québec pour permettre au réseau public d’éducation d’avoir les moyens d’assurer la réussite du plus grand nombre; assurer l’évolution et l’adaptation du système de santé et des services sociaux en le maintenant public et à l’abri des aléas du marché; abolir la politique de remplacement d’un seul fonctionnaire sur deux départs à la retraite.

Par ailleurs, les chefs syndicaux ont réclamé à cette occasion le retrait de la loi 142, adoptée sous le bâillon en décembre 2005, qui mettait fin abruptement à la négociation en décrétant les conditions de travail des travailleuses et travailleurs de l’État jusqu’en 2010. Les impacts négatifs de cette loi sont d’une ampleur encore plus importante que la violation des droits des syndiquées et des syndiqués : elle remet en question l’avenir des services publics et donc la qualité de vie des citoyennes et citoyens du Québec.

Les assemblées se tiendront selon le calendrier suivant : Trois-Rivières et Chicoutimi (30 janvier), Saint-Hyacinthe et Gatineau (6 février), Joliette et Sept-Îles (13 février), Sherbrooke (27 février), Rouyn-Noranda (6 mars), Rimouski (27 mars), Gaspé (28 mars), Montréal (3 avril) et Québec (4 avril).

Les chefs syndicaux se sont engagés à intervenir dans le débat public pour revendiquer l’adoption de politiques et d’initiatives publiques visant à maintenir et à développer l’accessibilité, la gratuité et la qualité des services à la population dans toutes les régions du Québec. 

Profil du SISP

Le Secrétariat intersyndical des services publics regroupe près de 300 000 membres des quatre organisations syndicales, SPGQ, SFPQ, FIQ et CSQ, dont plus de 235 000 provenant des secteurs public et parapublic. Le SFPQ représente 43 000 membres, dont 40 000 sont issus de la fonction publique québécoise. La FIQ représente 57 000 membres du secteur de la santé. La CSQ représente près de 180 000 membres, dont près de 125 000 viennent du secteur public. Quant au SPGQ, il regroupe près de 19 000 personnes de la fonction publique, des sociétés d’État, des réseaux de l’éducation et de la santé du Québec.