FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

La FIQ fête ses 20 ans

Montréal, le 1er décembre 2007  —  Le 2 décembre 2007, la Fédération interprofessionnelle de la santé – FIQ fête ses vingt ans d’histoire. Rappelons que c’est en 1987 que trois fédérations d’infirmières ont décidé d’unir leur force au sein d’une seule organisation soit, la Fédération des infirmières et infirmiers du Québec (FIIQ). « Le 2 décembre 1987 est une date historique. La force, l’expertise et la détermination de 36 000 infirmières étaient regroupées dans une seule et même organisation syndicale. Vingt ans plus tard, cette organisation s’est transformée et elle est plus forte que jamais avec ses 57 000 professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires. La Fédération a développé, au fil des ans, une expertise hors du commun dans le domaine de la santé en plus d’être devenue un incontournable pour les décideurs politiques », de déclarer Lina Bonamie, présidente de la FIQ.

Les déléguées de la Fédération seront réunies en Conseil fédéral du 4 au 6 décembre inclusivement à St-Hyacinthe. Elles auront donc l’occasion de célébrer cet anniversaire lors d’une soirée spéciale organisée mercredi, le 5 décembre.

De la FIIQ à la FIQ

Imposée par le gouvernement Charest et adoptée sous le bâillon en décembre 2003, la Loi 30 est venue forcer la fusion des accréditations syndicales. À ce moment, la Fédération et plusieurs organisations ont fait connaître leur désaccord face à cette loi mais, le gouvernement du Québec n’a pas bronché. La Fédération a donc décidé de se tourner vers l’avenir et de prendre le chemin de la solidarité, de la résistance et de la préparation au changement. Des votes d’allégeances syndicales ont débutés et la Fédération s’est préparée à accueillir dans ses rangs : infirmières auxiliaires, inhalothérapeutes, perfusionnistes, techniciennes en circulation extra-corporelle et puéricultrices. « Dès le processus enclenché, il était clair que nous devions changer le nom de notre organisation afin d’être à l’image des membres qui la compose. C’est donc en décembre 2006, que la Fédération des infirmières et infirmiers (FIIQ) a changé de nom pour la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec – FIQ », de poursuivre la présidente.

Les défis de l’avenir

La pénurie touchant les professionnelles en soins est préoccupante et il est impératif de s’y attaquer. « Il est particulièrement urgent de s’attarder à la pénurie d’infirmières parce qu’elle sévit depuis plusieurs années. Il est impossible de penser que le Québec sera en mesure de former assez d’infirmières pour remplacer tous les départs à la retraite prévus pour les prochaines années. De plus, les conditions de travail pour l’ensemble des professionnelles en soins sont extrêmement difficiles dans le réseau de la santé et le gouvernement du Québec devra démontrer une réelle volonté de les améliorer ». Les prochains mois seront également occupés à combattre le vent de privatisation soufflant sur le réseau de la santé québécois. La Fédération est convaincue que le réseau public fait mieux que le privé. « La santé n’est pas une marchandise, c’est un droit. Nous allons continuer à défendre le réseau public afin que des soins de qualités soient offerts à tous et toutes, sans égard à la richesse monétaire des individus. La Fédération sera ni plus ni moins qu’un véritable chien de garde du réseau de la santé public », de conclure madame Bonamie.

Bien évidemment, la Fédération étant avant tout une organisation syndicale, elle continuera à travailler à la défense et à la promotion des intérêts professionnels, économiques et sociaux de ses membres. Parallèlement, elle poursuivra son implication dans tous les débats qui concernent la santé et les services sociaux, la promotion et la défense des droits des femmes.

Profil de la FIQ

Le 1er décembre 2006, la Fédération des infirmières et infirmiers du Québec (FIIQ) a adopté un nouveau nom soit, la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec ‑ FIQ. La FIQ représente 57 000 professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires.