FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Le SISP souligne la Journée des Nations Unies pour la fonction publique

Québec, le 23 juin 2008  —  Un peu partout dans le monde, les affiliés de l’Internationale des Services Publics (ISP) profitent de la Journée des Nations Unies pour la fonction publique afin de lancer un appel à l’action en faveur des services publics de qualité. Au Québec, les organisations membres du Secrétariat intersyndical des services publics (SISP) joignent leurs voix à celles de leurs collègues de l’ISP pour réitérer leur volonté de lutter contre le désengagement de l’État et le sous-financement des services publics.

Pour les organisations membres du SISP, la fonction publique et les services publics visent à permettre une réelle égalité des chances pour tous. Les règles qui régissent les services publics et les moyens dont ils disposent servent notamment à garantir à toutes les citoyennes et à tous les citoyens l’égalité de traitement par la neutralité et l’absence de traitement de faveur dans la prestation des services. La fonction publique contribue ainsi au rôle de l’État visant une redistribution juste et équitable de la richesse collective par des mesures sociales et fiscales adéquates. Elle permet aussi de rendre des services accessibles, équitables et de qualité dans toutes les régions du Québec.

Le 23 juin a ainsi été désigné par l’Assemblée générale des Nations Unies « Journée des Nations Unies pour la fonction publique » dans le but d’encourager les États membres à organiser des manifestations spéciales visant à mettre l’accent sur la contribution du service public au processus de développement des collectivités. « Cette journée vise à reconnaître non seulement la contribution des travailleuses et des travailleurs du secteur public, mais aussi la valeur de leurs droits et la nécessité de leur verser un salaire juste et équitable. Si nous voulons, en tant que société, des services de qualité, cela exige en contrepartie du personnel de qualité et des conditions de travail de qualité. Pour atteindre cet objectif, nous devons mettre fin à la tendance actuelle à la privatisation et au sous-financement du secteur public », ont fait savoir les porte-parole du SISP, Réjean Parent (CSQ), Lina Bonamie (FIQ), Lucie Martineau (SFPQ), Dominique Verreault (APTS) et Gilles Dussault (SPGQ).

Profil du SISP

Le SISP regroupe 300 000 membres issus de cinq organisations syndicales (CSQ, FIQ, SFPQ, APTS et SPGQ), dont près de 245 000 proviennent des secteurs public, parapublic et péripublic. La CSQ représente près de 155 000 membres, dont 100 000 œuvrent au sein des secteurs de l’éducation et de la santé. La FIQ regroupe 57 000 membres du secteur de la santé. Pour sa part, le SFPQ représente 43 000 membres, dont 40 000 sont issus de la fonction publique québécoise. Quant à l’APTS, elle représente 26 000 travailleuses et travailleurs occupant des postes professionnels ou techniques au sein du réseau public de la santé et des services sociaux. Finalement, le SPGQ regroupe plus de 19 000 professionnels de la fonction publique, des sociétés d’État, des réseaux de l’éducation et de la santé du Québec.