FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Les salariées et salariés de l’État veulent retrouver leur droit de négocier et déplorent le fait que les trois grands partis politiques ne prennent pas d&rsqu

Montréal, le 20 novembre 2008  — Dans le cadre de la présente campagne électorale, le Secrétariat intersyndical des services publics (SISP) a ciblé trois enjeux majeurs. Parmi ceux-ci, les membres du SISP considèrent qu’il est grandement temps, pour eux, de retrouver le droit de négocier leurs conditions de travail et de rémunération. Ainsi, le plus important regroupement d’organisations syndicales des secteurs public et parapublic québécois a terminé aujourd’hui sa première semaine d’actions liées aux trois enjeux importants ciblés pour cette campagne électorale.

« Pour cette première semaine, nous avons interpellé les trois chefs des principaux partis afin de savoir leur position sur le droit de négocier des employées et employés de l’État. Malheureusement, aucun chef n’a pris d’engagement clair concernant ce droit trop souvent bafoué au cours des dernières rondes de négociations », de dire la porte-parole des cinq organisations membres du SISP, Lina Bonamie.

Des comités d’accueil pour les chefs

Afin d’entendre les trois chefs des principaux partis sur cet enjeu, le SISP leur a réservé un comité d’accueil à des moments précis. Ainsi, c’est devant le Château Frontenac de Québec que Pauline Marois a eu droit, mercredi matin, à la visite de représentants du SISP. « Madame Marois nous a simplement dit qu’elle en glisserait un mot. On cherche toujours à qui », souligne ironiquement madame Bonamie.

Le chef de l’ADQ a lui aussi eu droit au comité d’accueil du SISP mercredi, et ce, à l’entrée des studios d’Astral médias à Montréal où monsieur Dumont était attendu pour une entrevue. « Monsieur Dumont s’en est tenu à des propos généraux et n’a pas pris d’engagement précis. Il a affirmé qu’il prendrait le temps de s’asseoir avec les organisations syndicales, qu’il était ouvert à une négociation de bonne foi mais qu’il est fort possible que nous ne soyons pas favorables aux propositions mises de l’avant par son parti. Compte tenu d’une telle réponse, il est difficile de savoir où se situe l’ADQ », remarque la porte-parole syndicale.

Aujourd’hui, c’est lors du passage de Jean Charest à l’Hôtel Sheraton Laval où ce dernier rencontrait les représentants de la Chambre de commerce, que le SISP a choisi de demander à monsieur Charest s’il avait l’intention de maintenir son attitude anti-syndicale des dernières années en poursuivant dans la lignée des lois discriminatoires à l’endroit des employées et employés de l‘État. « Monsieur Charest ne s’est même pas déplacé pour répondre à nos questions. Il a délégué un de ses représentants officiels qui a indiqué qu’il allait transmettre notre message. Il s’agit là d’une attitude très déplorable » a commenté madame Bonamie.

La semaine prochaine, le Secrétariat ciblera ses actions sur un enjeu crucial soit la privatisation de plus en plus importante dans les services publics.  

Profil du SISP

Le SISP regroupe 300 000 membres, issus de cinq organisations syndicales (CSQ, FIQ, SFPQ, APTS et SPGQ), dont près de 245 000 proviennent des secteurs public, parapublic et péripublic. La CSQ représente près de 155 000 membres, dont près de 100 000 œuvrent au sein des secteurs de l’éducation et de la santé. La FIQ regroupe 57 000 membres du secteur de la santé. Le SFPQ représente 43 000 membres, dont 40 000 sont issus de la fonction publique québécoise. Quant à l’APTS, elle représente 26 000 travailleuses et travailleurs occupant des postes professionnels ou techniques au sein du réseau public de la santé et des services sociaux. Pour sa part, le SPGQ regroupe plus de 19 000 personnes de la fonction publique, des sociétés d’État, des réseaux de l’éducation et de la santé du Québec.