FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

« Les femmes sont particulièrement pénalisées par les choix budgétaires du gouvernement Charest » — Régine Laurent, présid

Montréal, le 17 mars 2011  —  La Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec – FIQ est outrée de l’impact des mesures budgétaires annoncées aujourd’hui par le ministre des Finances, monsieur Raymond Bachand, sur les finances des femmes. « Des frais de scolarité plus élevés, des cotisations pour la retraite haussées, des pénalités pour une retraite qualifiée de hâtive et des soins aux ainés refilés aux proches aidantes; toutes ces mesures vont appauvrir les femmes. À la fin de leur vie, les femmes se seront endettées pour étudier, elles auront des pertes de revenus assorties d’une diminution de cotisation au régime de retraite en raison de leurs grossesses et finalement, elles devront travailler jusqu’à 70 ans pour avoir une pleine retraite tout en prenant soin de leurs vieux parents. Quel beau programme! Les femmes arriveront à la retraite épuisées et encore plus pauvres », de déclarer Régine Laurent, présidente de la FIQ.

Aux yeux de la Fédération, le gouvernement du Québec ajoute l’insulte à l’injure en imposant à des femmes, dont le revenu est moindre que celui des hommes, à épargner pour leurs vieux jours. « Le gouvernement estime qu’il est de la responsabilité des individus de s’assurer d’une retraite décente. Comment peut-on épargner assez pour la retraite quand les revenus de travail suffisent à peine à assumer les frais courants du ménage », questionne la présidente de la FIQ.

Il faut rappeler que ces mesures s’ajoutent à celles annoncées dans le budget 2010-2011, sur les hausses de tarifs notamment la création de la contribution santé qui était de 25 dollars par adulte l’année dernière, qui sera de 100 dollars cette année et passera à 200 dollars à partir de 2012-2013.

Condition féminine

En examinant le budget des dépenses du programme Condition féminine, on constate que ce poste budgétaire passe de 12.2 millions de dollars en 2010-2011 à 7.6 millions de dollars pour 2011-2012. « On voit là toute la considération que ce gouvernement porte à la place des femmes dans notre société et à leurs conditions de vie. En plus d’ignorer l’impact de ses mesures pour réduire le déficit sur les finances des femmes tout au long de leur vie, il coupe en plus le budget du programme visant à passer de l’égalité de droit des femmes à leur égalité de fait », de poursuivre madame Laurent.

Soins aux personnes âgées

Le 3 mars dernier, le premier ministre du Québec annonçait en grande pompe avec son ministre de la Santé et des Services sociaux et sa ministre responsable des Ainés un investissement de 150 millions de dollars dans les soins pour les personnes âgées, notamment dans les ressources intermédiaires et les soins à domicile. Si cet effort peut paraitre louable, ce cadeau est toutefois assombri par le fait qu’il n’a cessé de réduire les budgets consacrés aux personnes âgées depuis qu’il est au pouvoir. Des milliers de lits en CHSLD publics ont été coupés et des compressions budgétaires sont actuellement effectuées dans les centres de santé et de services sociaux (CSSS) du Québec.

« En annonçant un Plan d‘investissement pour les personnes âgées, il prétend que cela réduira la pression sur les urgences alors que dans les faits, cette pression est transférée aux proches aidantes et à des ressources privées dont la qualité est difficilement contrôlable. Si le gouvernement veut réellement offrir à nos personnes âgées des services de qualité et sécuritaires, c’est à l’intérieur du réseau public qu’il doit investir », de conclure, madame Laurent.

À propos de la FIQ

La Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec – FIQ, représente près de 60 000 membres, soit la grande majorité des professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires œuvrant dans les établissements publics québécois.