FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

« La population n’a pas à faire les frais de la mauvaise gestion du gouvernement du Québec » – Régine Laurent, présidente

Montréal, le 17 septembre 2011  —  La Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec – FIQ est sidérée d’apprendre que de nouvelles compressions budgétaires sont imposées par le gouvernement du Québec à ses ministères. Pire encore, les raisons évoquées et les explications fournies relèvent d’un film digne d’Hollywood. « Le gouvernement de Jean Charest se comporte en véritable matador des finances publiques. On peut sérieusement se questionner sur la fragilité des prévisions budgétaires établies par le gouvernement. Par ailleurs, attribuer la nécessité de ces compressions aux débordements  des couts en transport dans le contexte actuel dépasse l’entendement », de déclarer Régine Laurent, présidente de la FIQ.

Corruption, collusion et intérêts de la population

Pour la Fédération, les coupes massives imposées majoritairement à deux secteurs névralgiques pour absorber les couts d’infrastructures trop élevés sont aberrantes. « La population n’a pas à faire les frais de la mauvaise gestion du gouvernement. Les services offerts seront inévitablement coupés et ce, pour payer les frais de la corruption et de la collusion. Le gouvernement de Jean Charest doit prendre ses responsabilités afin que cesse ce mauvais spectacle et récupérer l’argent des Québécois là où il se trouve », de poursuivre madame Laurent.

Les services à la population seront assurément touchés

Pour la Fédération, il est utopique de laisser croire que les coupes de 350 millions en santé n’affecteront que l’administration et que les services offerts à la population ne seront pas touchés.  « Si c’est le cas, le ministère de la Santé sera complètement paralysé », de dire la présidente.  Rappelons que le budget 2011-2012 du gouvernement prévoit déjà une réduction  de l’ordre de 116,4 millions dans les dépenses administratives des établissements  et des agences. « J’interpelle les gestionnaires des établissements de santé afin qu’ils aient le courage de dire la vérité quant aux réels effets que ces coupures auront sur les services offerts à la population », de conclure la présidente.

À propos de la FIQ

La Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec – FIQ représente près de 60 000 membres, soit la grande majorité des professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires œuvrant dans les établissements de santé québécois.