FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

La Coalition pour des CHSLD publics indignée devant cette tentative de réduire les critiques au silence

Montréal, le 28 février 2012  —  La Coalition pour des CHSLD publics réagit vivement au dépôt par Eddy Savoie, président du Groupe Savoie, d’une poursuite-bâillon de 400 000 $ à l’encontre de madame Pierrette Martel. En s’en prenant de la sorte à un membre de la famille d’une résidante du CHSLD Saint-Lambert-sur-le-golf, Eddy Savoie tente de réduire au silence une citoyenne qui a réagi publiquement pour assurer la santé et la sécurité de sa mère.

La procédure judiciaire intentée par Eddy Savoie ne vise qu’à faire taire les critiques légitimes qui se multiplient depuis la mise en place du projet de CHSLD en PPP à Saint-Lambert. En effet, depuis la création de ce premier CHSLD en PPP, les démonstrations des revers de la gestion de l’établissement ont fusé de toute part. En menant cette action judiciaire agressive, le Groupe Savoie démontre que les inquiétudes soulevées par de nombreux acteurs sociaux sont fondées et que le recours aux PPP, loin d’être salvateur, est un irritant ne répondant aucunement à sa mission.

Depuis plusieurs années, on laisse entendre que le recours aux PPP est l’unique voie pour permettre le développement de la société québécoise. Pourtant, les situations vécues au CHSLD Saint-Lambert-sur-le-golf démontrent le contraire. Services inadéquats, personnel insuffisant, mauvaises conditions de travail, manque d’expérience du Groupe Savoie dans la gestion de la prestation de soins en CHSLD, les exemples des dérives du modèle PPP sont présents et pèsent lourd dans la balance. L’Agence de la santé et des services sociaux de la Montérégie et le ministère de la Santé et des Services sociaux doivent prendre leurs responsabilités et enfin entendre les cris d’alarme des familles des résidants.

Il est plus que temps de réaliser que le recours aux PPP n’est que lubie et que ce n’est qu’en améliorant le réseau public de santé et de services sociaux que nous parviendrons à assurer la prestation de services de qualité. Loin d’être un fait isolé, cette poursuite-bâillon doit sonner le glas des PPP au Québec!