FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Le SPSICR et la FIQ rencontrent le directeur général et la présidente du conseil d’administration du CSSS Domaine-du-Roy

Roberval, le 19 avril 2012  —  C’est aujourd’hui qu’a eu lieu la rencontre entre les représentantes du Syndicat des professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires (SPSICR), le vice-président et la conseillère syndicale de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec – FIQ, le directeur général et la présidente du conseil d’administration du Centre de santé et de services sociaux (CSSS) Domaine-du-Roy. « Notre objectif était de reconstruire les ponts entre les deux parties et de soumettre des pistes de solutions afin de résoudre le problème des heures supplémentaires qui afflige l’établissement », souligne Daniel Gilbert, vice-président de la FIQ.

Au nombre des pistes proposées par les représentantes syndicales, on peut mentionner l’augmentation du nombre de postes à temps complet et une meilleure planification des horaires. « Ces mesures permettraient d’attirer et de retenir les professionnelles en soins dans le CSSS et, par conséquent, de compter sur un nombre suffisant de salariées pour assurer des soins et des services de qualité à la population et des conditions de travail décentes au personnel », affirme Nancy Ouellet, présidente du SPSICR.

Afin de concrétiser les mesures envisagées et parce que les préoccupations des professionnelles en soins sont primordiales, un comité de travail patronal-syndical sera mis sur pied. « Comme il partage nos inquiétudes, le directeur général de l’établissement s’est dit en accord avec la création de ce comité et les mandats proposés. Il a aussi accepté de réfléchir à la pertinence de maintenir des critères d’accessibilité pour accéder à certains postes. Enfin, il s’est engagé à évaluer le retrait des avis disciplinaires envoyés à certaines salariées en mars dernier », mentionne Daniel Gilbert. Rappelons que, le 23 février, à la suite d’un arrêt de travail spontané visant à dénoncer les situations intenables vécues dans l’établissement, une dizaine de professionnelles en soins de l’urgence avaient refusé de débuter leur quart de travail. Les avis disciplinaires leur ayant ensuite été acheminés par la direction avaient semé la grogne parmi tout le personnel.

Lundi, le SPSICR tiendra une assemblée spéciale afin de relater à ses membres les discussions entreprises aujourd’hui avec la direction du CSSS.

À propos de la FIQ

La Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec – FIQ représente près de 60 000 membres, soit la grande majorité des professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires œuvrant dans les établissements publics québécois.