FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Le Dr Gaétan Barrette n’était pas à la table de négociation alors qu’il cesse de colporter des faussetés

Montréal, le 23 janvier 2013 – Suite aux propos du président de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) exprimés dans certains médias en lien avec la situation qui prévaut actuellement au bloc opératoire du site CHUL du CHU de Québec, la présidente de la FIQ tient publiquement à rappeler le Dr Barrette à l’ordre. « Le Dr Barrette prétend que le gouvernement du Québec était prêt à donner la prime de soins critiques aux infirmières des blocs opératoires, mais que c’est la Fédération qui s’y est opposée. C’est complètement faux! Le président de la FMSQ était-il à la table de négociation pour affirmer une telle chose? La réponse est non. Il y a des limites à s’octroyer le droit de colporter n’importe quoi », de dire Régine Laurent.

Rappelons que lors de la dernière négociation, la Fédération a négocié la transformation de la prime de soins intensifs en une prime de soins critiques et la majoration financière substantielle liée à cette prime. « La FIQ a toujours défendu que cette prime de soins critiques se devait d’être une prime de responsabilités et qu’elle devait s’appliquer aussi aux blocs opératoires alors que pour le gouvernement, cette prime en était une d’attraction. Et pour ce dernier, les blocs opératoires étaient assez attractifs donc, que les professionnelles œuvrant dans les blocs opératoires n’auraient pas droit à cette prime », d’expliquer la présidente de la Fédération.

Depuis deux ans, la Fédération a plusieurs fois fait état de cette injustice au gouvernement du Québec, mais elle s’est toujours butée à une fin de non-recevoir. « Avec la collaboration de nos syndicats de toute la province, différentes actions ont été faites afin de faire comprendre au gouvernement que les professionnelles travaillant dans les blocs opératoires avaient droit à cette prime de soins critiques. Des centaines de griefs sont déposés et nous allons continuer la bataille. Alors, si le Dr Barrette veut nous soutenir dans cette lutte, il est le bienvenu, mais personne ne l’a mandaté pour être porte-parole de la FIQ », de conclure la présidente.