FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Un régime minceur pour la santé? La FIQ s’inquiète

Montréal, le 21 mai 2014 – La Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec – FIQ est inquiète des orientations proposées par Philippe Couillard dans le cadre du discours inaugural de la 41e législature à l’Assemblée nationale. En réintroduisant le vocabulaire de l’assainissement des finances de l’État et de la liberté de choix, le gouvernement laisse présager un régime d’austérité qui sera difficilement conciliable avec la réalité déjà complexe du système de santé et de services sociaux.

En créant une Commission sur la fiscalité qui révisera les systèmes d’imposition visant très certainement à alléger la fiscalité pour les entreprises et les particuliers, le gouvernement s’attaque aux revenus de l’État qui permettent de financer collectivement les services. Cette vision est paradoxale alors que le gouvernement parle de déficit structurel à combler. Une révision permanente des programmes sera combinée à cette diminution d’entrée d’argent.

« On appelle cela une réingénierie de l’État et les professionnelles en soins ont déjà goûté à cette médecine. Quels seront les impacts de ce programme d’assainissement dans un contexte où les professionnelles en soins se dépassent déjà. Et quel effet aura ce régime minceur sur l’accessibilité, la qualité des soins et ultimement sur la santé de la population? Nous ne manquerons pas de suivre l’application de ce programme dans ces détails lors de la présentation du prochain budget et des crédits, et surtout dans les solutions que propose le gouvernement pour accroître l’accessibilité et l’efficacité », déclare Régine Laurent, présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec – FIQ.

À propos de la FIQ

La Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec – FIQ représente plus de 62 000 membres, soit la grande majorité des professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires œuvrant dans les établissements publics québécois.