FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

La situation de harcèlement et d’intimidation au Programme de santé mentale et dépendance de l’Hôpital régional de St-Jérôme doit cesser

La situation de harcèlement et d’intimidation au Programme de santé mentale et dépendance de l’Hôpital régional de St-Jérôme doit cesser

St-Jérôme, le 28 mai 2014 – « Les relations de travail au sein du Programme de santé mentale et dépendance de l’Hôpital régional de St-Jérôme ne cessent de se détériorer et la direction reste les bras croisés. Les situations d’harcèlement et d’intimidation se multiplient et la direction ferme les yeux. Pis encore, depuis février l’approche de l’employeur a contribué à exacerber les tensions. Cette attitude irresponsable et dégradante doit cesser et des actions doivent être posées maintenant. » C’est en ces termes que se sont adressés aujourd’hui le 2e vice-président de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec–FIQ, Daniel Gilbert, et la présidente intérimaire du Syndicat des Professionnelles en soins de St-Jérôme-FIQ, Annie Chaloux.

Rappelons qu’en 2011, un rapport de l’Ordre des infirmières et des infirmiers du Québec et du Collège des médecins a confirmé l’existence de problèmes dans les relations interprofessionnelles et interpersonnelles. Or, on est en 2014 et nous sommes toujours en présence de professionnelles malades, de professionnelles en détresse psychologique, de salariées suspendus et congédiées de façon arbitraire et, malgré cela, rien n’est réglé. « Devant l’inaction de la direction de l’Hôpital régional de St-Jérôme, le 30 avril dernier le Syndicat a fait parvenir une lettre à la directrice générale du CSSS de St-Jérôme l’enjoignant d’intervenir pour régler la crise. Le traitement réservé aux professionnelles en soins est tel que plusieurs d’entre-elles songent maintenant à quitter. Le climat de confiance doit être rétabli, c’est une priorité! Que devra-t-il se produire avant qu’ils agissent? Combien de temps devra encore durer la crise avant des actions? », s’est interrogé Daniel Gilbert.

« Ce que nous demandons est simple. Rétablir un climat de confiance et un réel partenariat entre nous et la direction en étant accompagnés d’une ressource externe spécialisée et choisie par les deux parties. Non pas comme l’a fait la direction de l’Hôpital avec l’embauche d’un consultant qui défend uniquement les intérêts de l’employeur », a ajouté Daniel Gilbert.

« Lors d’une rencontre avec la directrice générale du CSSS de St-Jérôme, celle-ci a reconnu l’état de crise mais aucune réponse n’a été donnée à notre demande. Le CSSS doit faire preuve de responsabilité et agir maintenant sans quoi dans les prochains jours nous demanderons l’intervention de la Commission des relations de travail. Il en va de la qualité des soins au Programme de santé mentale et dépendance à l’Hôpital régional de St-Jérôme. La balle est maintenant dans leur camp », a conclu Annie Chaloux.

À propos de la FIQ

La Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec – FIQ représente plus de 62 000 membres, soit la grande majorité des professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires œuvrant dans les établissements publics québécois.