FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Coupes dans le réseau de la santé – Le couperet du budget d’austérité s’abat sur l’Institut de réadaptation Gingras-Linday-de-Montréal

Montréal, le 2 juillet 2014 – La présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec – FIQ, Régine Laurent, et le président des Profesionnel[le]s en Soins de Santé Unis (PSSU), Michel T. Léger, ont pris part aujourd’hui, aux côtés de plusieurs professionnelles en soins, à un BBQ de solidarité pour protester contre les coupes à l’Institut de réadaptation Gingras-Lindsay-de-Montréal.

« Le budget d’austérité du gouvernement continue de se faire sentir. Et contrairement à ce qu’affirme le ministre de la Santé, ce sont les services à la population qui sont affectés. À l’Institut de réadaptation Gingras-Lindsay-de-Montréal 24 lits seront fermés et l’équivalent de 20 postes de professionnelles en soins seront abolis à cause des compressions imposées par le ministère de la Santé. L’hémorragie se poursuit et le gouvernement est dans le déni », a déclaré la présidente de la FIQ, Régine Laurent. 

Concrètement, ce seront plus de 3 M$ que l’Institut de réadaptation Gingras-Lindsay-de-Montréal se fera retrancher de son budget. « Nos professionnelles en soins donnent déjà le maximum et ont leur en demandera encore plus. Inévitablement, ce sera la population qui subira ces compressions. L’austérité du gouvernement met et en péril les soins et les services à l’Institut de réadaptation Gingras-Lindsay-de-Montréal », a ajouté le président des PSSU, Michel T. Léger.

Le président des PSSU a rappelé que les personnes âgées seront particulièrement touchées par ces compressions. « Avec raison, nous voulons maintenir les personnes âgées le plus longtemps possible chez elles. Mais avec la fermeture des 24 lits à Gingras-Lindsay on se demande bien où elles iront après un séjour à l’hôpital si elles ne sont pas prêtes à retourner à la maison? »

« Aujourd’hui, nous manifestons notre solidarité envers le travail exceptionnel de nos professionnelles en soins. Nous leur exprimons tout notre soutien. Nous manifestons aussi contre les décisions absurdes du budget Leitao et ses compressions qui affectent l’ensemble des usagers du système de santé. Et quand on sait que pour l’année prochaine, le gouvernement prévoit des compressions encore plus grandes, il y a vraiment matière à s’inquiéter. Les Québécoises et les Québécois ont le droit d’obtenir des soins sécuritaires et de qualité, mais le gouvernement s’obstine à vouloir les en priver », a conclu Régine Laurent.  

À propos de la FIQ et des PSSU

Les PSSU représentent près de 7 500 professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires et sont affiliées à la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec – FIQ qui représente plus de 62 000 membres, soit la grande majorité des professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires œuvrant dans les établissements publics québécois.