FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Réaction de la FIQ aux mesures du Président du Conseil du trésor : présage d’une négociation dont les dés sont pipés d’avance

« Nous savions que nous avions devant nous un gouvernement qui n’aime pas l’État et maintenant nous savons que nous avons aussi devant nous un gouvernement qui n’aime pas ses employé-e-s. On assiste présentement à une opération de dénigrement et de dévalorisation des travailleuses et des travailleurs de l’État », a déclaré la présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec – FIQ, Régine Laurent.

La FIQ s’inquiète grandement de la volonté du gouvernement en regard des négociations dans le secteur public. « Le gouvernement expose au grand jour sa mauvaise foi. Nous n’avons même pas commencé à négocier formellement que le président du Conseil du trésor dicte les règles du jeu : les siennes! Plus ça va, plus on se rend compte que les dés sont pipés d’avance », a ajouté Régine Laurent.

La santé, la prochaine cible du gouvernement?

Même si le réseau de la santé n’est pas visé directement par les mesures annoncées par le ministre Coiteux, la FIQ craint pour les employé-e-s du réseau. « Si le projet de loi 15 est adopté, Martin Coiteux aura tout entre les mains pour imposer sa vision idéologique au réseau de la santé. Confier ces pouvoirs entre ses mains c’est mettre en péril la sécurité et la qualité des soins dispensés à la population québécoise. Et ça, c’est bon pour la santé de personne », a poursuivi Régine Laurent.

« Le saccage doit cesser. Le premier ministre Philippe Couillard et ses ministres doivent arrêter de déconstruire notre Québec. Des solutions, il en existe d’autres. Pour le réseau de la santé, nous en avons formulées plein dans nos propositions présentées au gouvernement, dans le cadre des négociations, mais celui-ci s’entête à ne pas nous écouter et à imposer ses lubies d’austérité. Ça suffit! », a conclu la présidente de la FIQ.