FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Participation de la FIQ à l’Internationale des services publics

Participation de la FIQ à l’Internationale des services publics

Les 21 et 22 février dernier se tenait à Washington une rencontre des affiliés de la région Amérique-du-Nord de l’Internationale des services publics (ISP). Cette organisation, dont la FIQ est membre, permet à des syndicats de 154 pays de concerter leurs actions afin de promouvoir et de défendre des services publics de qualité, partout sur la planète.

La vice-présidente de la FIQ, Line Larocque, était présente et a pu faire état des enjeux qui préoccupent la FIQ, notamment le contexte d’austérité dans lequel se trouve le système public de santé québécois. Elle a également profité de l’occasion pour présenter à l’ensemble de la délégation les propositions mises de l’avant par la FIQ pour favoriser un meilleur accès au réseau public de la santé et pour favoriser le travail interdisciplinaire. Elle a notamment souligné la bataille de la FIQ pour l’instauration de ratios sécuritaires, l’approche de l’Advocay des professionnelles en soins ainsi que ses efforts pour la mise en place de cliniques de proximité partout au Québec.

Inutile de préciser que l’élection récente du Président Trump était au cœur des discussions lors de cette rencontre qui regroupait des syndicats des États-Unis et du Canada. La FIQ s’est montrée particulièrement inquiète de l’attitude du président américain à l’endroit des droits des femmes, crainte qu’elle avait d’ailleurs déjà exprimée en participant à la « Manif des femmes » du 21 janvier dernier à Montréal.

La volonté de Trump de renégocier l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) en inquiète également plusieurs. Pour la FIQ, la renégociation de l’ALENA doit être un processus transparent et ouvert à la participation de la société et rejette toute tentative de dépeindre le remplacement nécessaire de l’ALENA en termes xénophobes et nationalistes. Ce processus de renégociation doit viser à bâtir un nouveau modèle d’accords commerciaux, en toute transparence, avec la participation de la société civile, fondée sur les besoins des peuples et de la planète avant le profit.