FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

L’épuisement et la détresse des professionnelles en soins de l’Outaouais, au cœur de la rencontre avec le ministre Lacombe

L’épuisement et la détresse des professionnelles en soins de l’Outaouais, au cœur de la rencontre avec le ministre Lacombe

La FIQ – Syndicat des professionnelles en soins de l’Outaouais (FIQ – SPSO) a rencontré Mathieu Lacombe, ministre responsable de la région de l’Outaouais, ainsi que Josée Filion, présidente-directrice générale du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l’Outaouais, pour leur faire part de l’urgence d’agir face à l’épuisement et la détresse des professionnelles en soins. Le ministre a contacté la FIQ – SPSO après que le syndicat ait suggéré à la population d’aller en Ontario pour se faire soigner.

Durant la rencontre d’une durée d’une heure, les représentants ont interpellé le ministre et la PDG, notamment sur l’attraction du personnel, le statut particulier de la région, l’instauration de mesures incitatives et le temps supplémentaire obligatoire.

« À cause des conditions de travail pénibles, nous vivons un réel exode des professionnelles en soins qui ne sont malheureusement pas remplacées. La situation est d’autant plus complexe que la direction du CISSS n’a pas utilisé les fonds du statut particulier de la région pour mettre en place des mesures d’attraction et de rétention du personnel,ainsi qu’unsecond projet ratios à l’urgence de l’Hôpital de Gatineau. Le CISSS a plutôt utilisé les fonds pour éponger son déficit. Nous avons signifié que l’ensemble de régions de l’Outaouais sont laissées pour compte comme celles des Collines, de Pontiac, de Papineau et de Maniwaki et par le fait, c’est la population qui y habite qui est délaissée.  Nous avons également rappelé au ministre la décision du CISSS d’annuler la mesure du temps supplémentaire à 200 %, alors que la ministre de la santé elle-même avait annoncé cette bonification des conditions salariales dans un contexte où le gouvernement ne parvient pas à tenir sa promesse et à éradiquer le TSO. Nous voulons des actions et ça presse! », déclare Patrick Guay, président par intérim de la FIQ – SPSO.

Les représentants de la FIQ – SPSO sortent extrêmement déçus de la rencontre, car malgré des déclarations de bonne volonté et un engagement de transparence de la part du ministre et de la PDG, aucune action concrète n’a été proposée à court terme.

« Nos membres et la population sont encore oubliées, cette réaction du ministre est d’autant plus décevante que ce dernier a avoué que l’annulation du temps supplémentaire à 200 % émanait d’une directive du Conseil du trésor!C’est désormais la crédibilité du gouvernement qui est en jeu, les professionnelles en soins font face à de l’indifférence, c’est inacceptable! », affirme Patrick Guay.

À propos de la FIQ – SPSO

La FIQ – Syndicat des professionnelles en soins de l’Outaouais compte plus de 2 800 professionnelles en soins, soit la grande majorité des infirmières, des infirmières auxiliaires et des inhalothérapeutes œuvrant dans les établissements de santé et de services de la région. Elle est affiliée à la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec–FIQ.

 

Photo: Radio-Canada