FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Monsieur Legault, ce sera quand « Maintenant »?

Monsieur Legault, ce sera quand « Maintenant »?

Dans quelques jours, cela fera un an que la population a élu un gouvernement de la Coalition Avenir Québec (CAQ). Il n’est pas nécessaire de dresser un bilan formel de cette première année au pouvoir pour affirmer que l’impatience se fait sentir du côté des professionnelles en soins. Les bonnes intentions ne sont plus suffisantes pour apaiser la détresse vécue dans le réseau de la santé. Ce gouvernement en est au quart de son mandat et il s’est fait élire avec le slogan de campagne « Maintenant ». Un an plus tard, j’ai envie de demander à Monsieur Legault et son gouvernement : ce sera quand « Maintenant » pour les infirmières, infirmières auxiliaires, inhalothérapeutes et perfusionnistes cliniques ?

Des annonces budgétaires qui se répètent

Il est particulier de constater que les méthodes décriées par la CAQ par le passé font aussi leur chemin dans leur façon d’exercer le pouvoir. Les annonces d’investissements répétitives et recyclées, ça alimente clairement le cynisme des citoyen-e-s, y compris celui des professionnelles en soins. Juste la semaine dernière, deux annonces en éducation et en santé ont usé de ce vieux procédé. Celle qui touche plus directement les professionnelles en soins et les patient-e-s concerne l’utilisation de sommes de 280 millions $, déjà annoncées dans le budget de mars dernier, pour améliorer les services de soutien à domicile. Des annonces en grande pompe laissant présumer que ce sont de « nouveaux » investissements, ça frise l’opportunisme et franchement, on n’en a soupé de ce type de manigances politiques. Espérons que ce gouvernement n’a pas attendu six mois avant de se mettre à pied d’œuvre et qu’il avait déjà commencé à investir cet argent.

Une ministre de la Santé plus incisive

Madame McCann soufflera également sa première bougie à la tête du ministère de la Santé et des Services sociaux. Personne ne remet en question les défis titanesques qui l’attendaient à son arrivée au pouvoir après des années de coupures et compressions budgétaires, mais force est de constater qu’elle devra hausser le ton à l’endroit des employeurs.

Et qu’elle se le tienne pour dit, le faux-fuyant du processus de négociation ne pourra être utilisé à toutes les sauces. Les professionnelles en soins ne pourront se payer le luxe d’attendre l’arrivée d’une nouvelle convention collective pour voir leur charge de travail diminuer et le temps supplémentaire obligatoire enrayé afin que les patient-e-s puissent recevoir des soins de qualité et sécuritaires. Le gouvernement peut non seulement imposer des changements, mais il a l’obligation de le faire. La ministre McCann s’est maintes fois engagée et ne cesse de répéter sur toutes les tribunes qu’elle et son gouvernement y travaillent, mais encore trop d’employeurs ne la suivent toujours pas.

Malgré le fait que la méthode douce de Madame McCann est appréciée, il lui faudra passer à un niveau supérieur. Sans vouloir lui dicter sa conduite, mais forte de mes expériences des derniers mois, je l’invite sincèrement à bonifier son approche « incitative ». Le temps des directives ministérielles sans mesures contraignantes pour les employeurs est maintenant révolu, particulièrement pour le dossier du TSO.

Ce gouvernement a fait de nombreuses promesses aux professionnelles en soins en reconnaissant que les conditions de travail et d’exercice étaient insoutenables. À l’aube d’une saison hivernale, période particulièrement difficile pour les professionnelles en soins étant donné une hausse marquée de la demande de soins, il y a urgence de livrer la marchandise.

Certain-e-s diront de laisser la chance au coureur. Je veux bien, mais après un an, il faut qu’il accélère le pas… Maintenant!