FIQ (Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec)

Transferts fédéraux en santé : Ottawa doit davantage faire sa part

Transferts fédéraux en santé : Ottawa doit davantage faire sa part

À l’approche de la rencontre entre les premiers ministres des provinces et Justin Trudeau sur la question des transferts fédéraux en santé, la FIQ tient à souligner qu’elle appuie les efforts des provinces dans le but de réclamer d’Ottawa une contribution juste pour financer adéquatement le réseau public de santé.

Le coût des soins de santé augmente d’environ 6 % par année. Or, la contribution du gouvernement fédéral n’a pas crû de manière proportionnelle depuis plusieurs années. Qui fait les frais de cette injustice? Les professionnelles en soins dont les conditions de travail ne cessent de se dégrader et les patients qui ne peuvent que constater la dégradation de notre système public. 

La FIQ adhère ainsi pleinement à la motion unanimement votée par l’Assemblée nationale du Québec à l’effet de réclamer un financement fédéral qui couvre minimalement 35 % des coûts du réseau de santé des provinces.

********

Par ailleurs, toujours présent dans le dernier énoncé budgétaire fédéral, le régime universel d’assurance-médicaments canadien franchira bientôt une nouvelle étape : Santé Canada présentera sa stratégie nationale pour les médicaments coûteux. Des discussions avec les provinces sont prévues et nécessaires; Québec a déjà annoncé vouloir se retirer du programme. L’initiative fédérale doit respecter les champs de compétences du Québec, mais l’inaction de la part du gouvernement du Québec n’est pas une option.

Dans cette démarche, le Canada doit apprendre de l’expérience québécoise. Notre régime hybride public-privé est inefficace, inéquitable et très coûteux, il ne doit pas servir de modèle. Il est grand temps que le gouvernement du Québec agisse et mette en place pour la population québécoise un régime public universel, comme nous le réclamons depuis des années, avec plus de 500 groupes, organismes et syndicats.